Articles vedettes

Impact des faillites bancaires sur les prêts hypothécaires canadiens

Impact des faillites bancaires sur les prêts hypothécaires canadiens

Table des matières

    On a assisté le week-end dernier à l’un des plus grands tests des mesures inflationnistes de la banque centrale sur le système bancaire américain. Deux grandes banques régionales américaines, la Silicon Valley Bank (SVB) et la Signature Bank of New York (SBNY), ont fait faillite à la suite d’une ruée sur les banques. Ces banques sont importantes à tout point de vue – ensemble, leurs actifs seraient un peu plus importants que ceux de la 6e plus importante Banque canadienne ou de la 12e plus importante institution financière d’Amérique du Nord, la Banque Nationale.

    Quelques autres banques, dont First Republic et Charles Schwab, ont depuis connu une implosion du cours de leurs actions et de la confiance des déposants, mais aucune n’a été aussi inquiétante que le Credit Suisse. Le Credit Suisse, la Banque TD et la RBC font partie d’une liste (Global Systemically Important Banks) de 30 banques considérées par les législateurs comme trop importantes pour faire faillite. Les règles de Bâle, élaborées après le fiasco des liquidités de 2008, imposent à ces banques de maintenir un certain niveau de capital liquide afin de réduire les risques pour l’économie mondiale.

    Certains experts estiment que les récentes faillites de banques américaines pourraient suffire à faire dévier la Banque du Canada (BDC) de son objectif de relèvement des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation. Nous examinerons dans cet article l’impact de ces faillites bancaires sur la stabilité financière et sur le Canada, ainsi que l’incidence de ces faillites sur les taux hypothécaires au Canada, ce qui constitue une préoccupation majeure pour tous.


    À retenir

    • La Silicon Valley Bank a fait faillite en raison de son manque de diversification et de sa croissance rapide.
    • La FDIC a stabilisé le marché et sauvé l’industrie technologique en couvrant les dépôts assurés et non assurés des banques en faillite.
    • La stabilité du marché obligataire a entraîné une augmentation du prix des obligations. Les prix des obligations sont inversement corrélés aux rendements obligataires.
    • La baisse des rendements obligataires peut entraîner une baisse des taux hypothécaires et rendre l’immobilier plus abordable pour les acheteurs potentiels.

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux

    Pourquoi la Silicon Valley Bank a-t-elle fait faillite?

    La Silicon Valley Bank était en plein essor – en raison de la montée en puissance du capital-risque, elle était la principale bailleuse de fonds du secteur technologique. Les pertes sur créances étaient assez faibles et les dépôts ont triplé entre 2019 et 2021. Une situation qui paraît idéale, n’est-ce pas?

    Lorsque les banques acceptent des dépôts, elles doivent cet argent au client. Les dépôts sont donc considérés comme des passifs pour la banque – de même que les intérêts dus sur ces dépôts. Les banques prêtent ces dépôts sous forme de prêts aux petites entreprises et de prêts hypothécaires afin de transformer ce passif en actif.

    Si une banque n’est pas en mesure de prêter de manière responsable, elle achète souvent des prêts ou des « titres » tels que des bons du Trésor américain ou des titres hypothécaires, qui présentent un risque minimal puisqu’ils sont garantis par l’État. Une grande partie de l’argent reçu par la SVB provenait de fonds de capital-risque qui avaient besoin de placer leurs liquidités quelque part – il ne s’agissait pas de petits dépôts.

    Les dépôts ont afflué pendant la période 2019-2022, alors que les taux étaient bas. La SVB a acheté beaucoup de bons du Trésor du gouvernement américain, sur des échéances très longues de plus de 10 ans. Elle a agi de la sorte parce que les échéances plus longues lui offraient de meilleurs taux que les échéances plus courtes, étant donné que les taux d’intérêt étaient alors très bas.

    Quand les taux augmentent, les prix des titres à revenu fixe baissent. La règle de base est que chaque augmentation de 1 % du taux signifie une perte de 1 % par année pendant laquelle vous détenez l’obligation. Ainsi, une hausse de 1 % entraîne une dépréciation de 10 % de la valeur des obligations détenues par la SVB (pendant les 10 ans où elle doit les conserver).

    La SVB a donc acheté des tonnes d’actifs hautement qualifiés alors que les taux étaient bas et que les durées étaient longues. Cela présente un gros risque, mais seulement si tous les déposants demandent à récupérer leur argent en même temps.

    Techniquement, si les déposants réclament leur argent en même temps, la SVB doit vendre ces obligations à leur valeur de marché, ce qui cristallise ses pertes temporaires. Si ces pertes sont suffisamment importantes, elle aura besoin de plus d’argent pour rembourser tous les déposants. Or, une fois que ce processus aura commencé, personne ne voudra être le dernier déposant à être remboursé. Grâce aux médias sociaux, qui, soit dit en passant, n’existaient pas dans la même mesure en 2008, dès qu’un soupçon de problème apparaît, les gros déposants commencent à quitter le navire.

    La FDIC n’assure pas les gros déposants, ce qui les incite donc à rechercher des banques très fiables. La SVB disposait de dépôts importants, ce qui a favorisé une ruée sur les banques. Comme les dépôts s’inversent, elle a dû vendre ses actifs pour rembourser ses déposants.

    Les régulateurs financiers (FDIC et Réserve fédérale) sont intervenus pour transformer les actifs moins liquides en actifs plus liquides et couvrir les dépôts de tous les déposants comme promis. Même les dépôts non assurés qu’ils n’étaient pas tenus de couvrir, dans l’espoir de créer une stabilité du marché au lieu d’une cascade de ruées sur les banques.

    On a également appris que le responsable de la gestion du risque à la SVB avait cessé d’exercer ses fonctions en octobre 2021 et qu’il avait été remercié avec une indemnité de 2,5 millions de dollars en avril 2022. Donc pendant plus de huit mois, la SVB n’avait pas de responsable de la gestion du risque. Jusqu’à présent, on ne sait pas ce qui l’a poussée à partir – était-ce l’incapacité ou l’ingérence dans l’exercice de ses fonctions ou un départ forcé assorti d’un gros paiement pour garder le silence?

    Aux grands profits, grandes responsabilités

    En 2008, lorsque les États-Unis ont connu une crise bancaire qui reste bien gravée dans la mémoire de la plupart des gens, la responsable était alors Bear Stearns. Cette banque d’investissement de Wall Street, vieille de 85 ans et jouissant d’une excellente réputation, a gravement perturbé les marchés financiers par sa faillite. Elle a évité de justesse la faillite en étant vendue à JP Morgan Chase au prix modique de 2 $ par action, ce qui représente un recul considérable par rapport à la capitalisation boursière de Bear Stearns, qui s’élevait à 20 milliards $ un an plus tôt.

    Les marchés ne se sont pas remis de la crise des prêts hypothécaires à risque et, six mois plus tard, Lehman Brothers, Merrill Lynch, AIG et Washington Mutual ont connu le même sort, ce qui a déclenché la pire crise bancaire internationale et entraîné les États-Unis dans l’effondrement financier le plus important depuis la Grande Dépression.

    Le gouvernement américain est intervenu avec l’aide de grandes banques telles que JP Morgan Chase (qui a racheté Washington Mutual) et Bank of America (qui a racheté Merrill Lynch), qui ont racheté les banques d’investissement en difficulté.

    AIG était une société de grande envergure et a eu besoin d’une aide considérable de la part du gouvernement fédéral américain, qui est devenu un actionnaire important de la société jusqu’à ce qu’elle puisse être scindée et rachetée par divers assureurs.

    Même si ces importants renflouements ont obligé les contribuables américains à payer pour les risques pris par ces banques d’investissement, ils ont servi un intérêt public vital en apportant de la stabilité au marché. Une fois de plus, la Réserve fédérale a fait de même en fournissant les liquidités nécessaires pour couvrir les dépôts de SVB et protéger l’industrie technologique en Amérique du Nord.

    Les événements de 2008 et ceux de la semaine dernière sont très différents. En 2008, on a assisté à une crise du crédit où les actifs des banques étaient tellement imbriqués les uns dans les autres qu’il était difficile de savoir qui possédait quoi. Les dettes hypothécaires américaines, indésirables et risquées, ont été reconverties sous forme d’investissements, ce qui a rendu plus difficile l’évaluation de leurs pertes.

    Cette fois-ci, le contexte est très différent. Les actifs sous-jacents au cœur des faillites bancaires, les obligations du Trésor américain, sont parmi les plus liquides et les plus transparents, ce qui facilite l’évaluation des pertes.

    Les grandes banques américaines ne sont pas non plus touchées par cette crise bancaire, en partie grâce à la loi américaine Dodd-Frank et aux réformes internationales de Bâle adoptées après la crise de 2008. Ces réformes exigent des grandes banques jugées trop importantes pour faire faillite qu’elles disposent d’une plus grande capitalisation en numéraire.

    Par ailleurs, en 2008, les médias sociaux n’avaient pas la même portée qu’aujourd’hui, ce qui a rendu la tâche plus difficile face à l’alarmisme numérique qui a pris de l’ampleur la semaine dernière aux États-Unis, provoquant des retraits massifs de fonds dans les banques. Les régulateurs canadiens et américains se sont préparés à un tel scénario en sensibilisant et en informant davantage sur la FDIC et la SADC.

    La Silicon Valley Bank ne figurait peut-être pas sur la liste des banques trop importantes pour faire faillite, mais elle n’en restait pas moins une banque importante en matière d’actifs.

    Pour vous aider à comprendre ce que cela signifie en comparaison avec les banques qui ont des relations au nord de la frontière, nous avons dressé une liste des plus grandes banques canadiennes et de la façon dont elles se comparent aux banques américaines.

    Nom de la banque Classement en Amérique du Nord Actifs (en milliards de dollars canadiens)
    RBC 4 1 990 $
    TD  5 1 928 $
    Scotiabank 6 1 374 $
    BMO 7 1 146 $
    CIBC  8 921 $
    BNC 12 418 $
    Desjardins 14 408 $
    Silicon Valley Bank 16 289 $
    Signature 29 152 $
    Classement des banques nord-américaines en fonction de leurs actifs, à titre comparatif. Toutes les conversions de devises de l’USD au CAD à 1,38. Sources : Réserve fédérale américaine et AdvRatings

    Lutter contre l’inflation ou générer de la stabilité

    La mise sous séquestre de SVB et de Signature Bank par la FDIC et la distribution de liquidités aux déposants ont permis de stabiliser le marché. Les agences gouvernementales ont rapidement freiné la propagation au reste du marché. Elles ont fait de même avec la Signature Bank, tout comme la banque centrale suisse a lancé une bouée de sauvetage au Credit Suisse afin d’éviter que la même histoire ne se répète en Europe et ailleurs.

    La FDIC a également lancé une bouée de sauvetage à l’industrie technologique en protégeant la fiducie du capital-risque sous-jacent qui détenait des dépôts auprès de la Silicon Valley Bank. Contrairement à leurs homologues américaines, les banques canadiennes sont beaucoup plus diversifiées (marchés des capitaux, gestion de patrimoine et prêts diversifiés entre les secteurs et les régions). Elles sont également soumises à des exigences de fonds propres plus élevées que les banques régionales américaines en faillite.

    La succursale de SVB Canada n’avait pas besoin de la protection de la SADC, car elle ne détenait pas de dépôts. L’autorité de régulation canadienne est intervenue en prévoyant de vendre l’activité. La crise de confiance a ébranlé le cours des actions des grandes banques canadiennes, qui ont perdu plus de 20 milliards $ de parts de marché en l’espace d’une journée lundi. C’est la Banque TD qui a été le plus durement touchée, probablement en raison de sa forte implication sur les marchés américains, avec une perte de près de 4 % de sa part de marché au cours de la nuit.

    Les banques devront augmenter les taux de dépôt, ce qui nuira aux perspectives de revenus du secteur et renforcera certainement les exigences réglementaires. Mais l’échec de SVB suggère que c’est exactement ce qui est en train de se produire après des années d’assouplissement quantitatif, de taux d’intérêt nuls et de répression de la part des banques centrales.

    La hausse du prix des obligations entraîne une baisse des taux d’intérêt

    Le recul des marchés au cours de la semaine dernière a fait naître la perspective d’une récession. Les opérateurs obligataires anticipent l’instabilité et gèrent celle-ci en augmentant le nombre d’agences fédérales qui achètent des obligations. Ce mouvement plus important d’achat d’obligations a augmenté leur prix, réduisant ainsi leur rendement. Les rendements obligataires et les taux d’intérêt sont inversement proportionnels.

    Les investisseurs ont réduit leurs paris sur de nouvelles hausses de taux de la part de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Canada, car la faillite de la banque de la Silicon Valley a exacerbé les tensions entre la lutte contre l’inflation et la gestion des risques liés à la stabilité financière.

    Jusqu’à la semaine dernière, les marchés s’attendaient à ce que la banque centrale américaine relève ses taux de 100 points de base (un point de base correspond à 1/100e de point de pourcentage) au cours des prochains mois et reporte les baisses de taux jusqu’en 2024. Lors d’une audition au Congrès la semaine dernière, Jerome Powell a déclaré aux législateurs qu’il s’attendait à relever les taux à plusieurs reprises.

    La Fed devrait à nouveau relever ses taux le 24 mars, mais une hausse de 50 points de base est peu probable et sera rapidement reléguée à l’arrière-plan. En revanche, la Banque du Canada n’aura pas à changer son fusil d’épaule, puisqu’elle a suspendu sa stratégie de resserrement monétaire la semaine dernière, tout en se laissant une marge de manœuvre pour d’autres hausses de taux. Les swaps de taux d’intérêt qui tiennent compte des attentes du marché concernant les décisions à venir des banques centrales envisagent désormais la fin des hausses et des baisses de taux de la Banque du Canada cet été.

    Les taux hypothécaires devraient baisser et les prix de l’immobilier augmenter

    En l’espace d’une semaine, les rendements des obligations américaines à deux ans ont baissé de 100 points de base, et leurs contreparties canadiennes ont suivi avec une baisse similaire de 46 points de base. C’est une bonne nouvelle pour les acheteurs immobiliers et ceux qui renouvellent leur prêt hypothécaire, car le prix des obligations à 5 ans du gouvernement canadien est généralement précurseur des taux des prêts hypothécaires à taux fixe.

    L’augmentation du prix des obligations exercera une pression supplémentaire à la baisse sur les taux hypothécaires fixes et pourrait signifier une limite inférieure pour le taux directeur à un jour de la Banque du Canada. Cela pourrait signifier que de meilleurs taux variables sont à nos portes, les investisseurs anticipant une baisse des taux dès cet été au lieu de la baisse initialement prévue pour la deuxième moitié de 2024.

    Les taux hypothécaires étant susceptibles de baisser au cours des prochains mois, le moment ne pourrait être mieux choisi pour le début de la saison printanière des prêts au Canada. Les Canadiens pris en étau entre la baisse des prix de l’immobilier et l’augmentation des taux des tests de résistance pourraient bientôt trouver un répit avec la baisse des taux. Une fois que les coûts de qualification et de portage commenceront à baisser, les acheteurs qui jusqu’à maintenant étaient hésitants pourraient rapidement faire grimper les prix, car l’offre reste limitée au pays.

    Les acheteurs doivent savoir qu’une réduction des taux ne signifie pas que l’inflation est maîtrisée, car l’Amérique du Nord n’a jamais satisfait au désir de récession des banques centrales. Cela pourrait signifier qu’une fois que les prix de l’immobilier commenceront à grimper, ceux-ci pourraient connaître une augmentation assez rapide. En outre, si l’inflation s’emballe, la Banque du Canada pourrait à nouveau poursuivre sa lutte contre l’inflation et commencer à relever ses taux pour éviter une double récession, comme cela s’est produit dans les années 1970.

    Une inflation galopante pourrait présenter un risque crucial pour les prix et l’accessibilité de l’immobilier canadien si des mesures rapides ne sont pas prises pour apporter des changements significatifs à l’offre. Si l’on n’augmente pas le nombre d’habitations accessibles aux Canadiens, l’inflation pourrait rapidement devenir incontrôlable et dissuader les acheteurs potentiels d’investir leur argent sur le marché.

    Le moment est venu pour les décideurs politiques d’envisager des mesures proactives afin de stimuler la construction et d’assurer la sécurité économique. Qu’il s’agisse d’investissements publics ou privés, il est important de se rappeler que l’inflation doit être considérée comme un catalyseur d’opportunités, encourageant les acteurs du secteur immobilier canadien à poursuivre la construction de logements.

    Avec nesto, aucun stress

    Si on ne peut égaler ou battre le taux de la compétition, recevez 500 $*.

    *Des conditions s’appliquent

    Perspectives pour les acheteurs et les propriétaires au Canada

    Alors que l’on s’attend de plus en plus à une baisse des taux d’intérêt, les propriétaires et les acheteurs doivent prévoir une remontée des prix de l’immobilier. Si vous êtes l’un des nombreux Canadiens qui attendent le bon moment pour se lancer dans l’achat d’une propriété, ou si vous êtes un propriétaire qui cherche à renouveler son prêt hypothécaire, choisir le bon moment sera de la plus haute importance.

    La période pendant laquelle les acheteurs peuvent profiter de la baisse de la valeur des propriétés peut être très courte. Le montant de votre prêt hypothécaire n’augmentera que lorsque les critères des tests de résistance seront satisfaits et que les taux hypothécaires baisseront. Les facteurs limitants sont, d’une part, la baisse des taux et, d’autre part, l’augmentation de la valeur des biens immobiliers.

    Pour les propriétaires qui envisagent de renouveler leur prêt hypothécaire, la patience peut encore être de mise. Vous pouvez soit renouveler votre hypothèque à un taux fixe à plus court terme en attendant des baisses plus importantes des taux fixes à plus long terme. Vous pouvez aussi attendre que la Banque du Canada revienne sur son taux directeur avant que les taux fixes baissent davantage.

    Les propriétaires qui souhaitent refinancer leur prêt hypothécaire doivent faire preuve de patience. Plus vous attendez, plus les taux devraient baisser et plus votre capital s’accroîtra à mesure que la valeur de votre propriété augmentera. Le principal facteur limitant pour tout le monde est une éventuelle résurgence de l’inflation, qui pourrait peser sur la valeur des biens immobiliers et provoquer un éventuel revirement des banques centrales.

    Foire aux questions

    Notre foire aux questions a pour but de vous aider à prendre des décisions éclairées en matière de prêt hypothécaire lorsque vous avez besoin d’un nouveau prêt ou de renouveler ou de refinancer un prêt existant.

    Pourquoi la Silicon Valley Bank a-t-elle fait faillite?

    La Silicon Valley Bank a fait faillite en raison d’un manque de diversification de ses activités. Au lieu d’utiliser l’argent des déposants et de le prêter à des clients emprunteurs, elle a acheté des bons du Trésor américain à long terme sur un marché où les taux d’intérêt étaient très bas. Lorsque les clients ont demandé à récupérer leurs dépôts, la banque n’a pas eu les liquidités nécessaires pour les rembourser et a réalisé une perte sur ces obligations, qu’elle a dû vendre avec une décote.

    En quoi la faillite de la Silicon Valley Bank diffère-t-elle de la récession de 2008?

    En 2008, les titres sous-jacents étaient plus risqués en raison des créances hypothécaires douteuses. Dans le cas de la SVB, les titres sont des obligations d’État Américaines hautement qualifiées qui sont très liquides. La banque a fait faillite parce qu’elle a dû liquider les obligations américaines avec une décote en raison de leur échéance lointaine (plus de 10 ans), mais les obligations ont été achetées tout au long des deux dernières années, lorsque les taux étaient très bas.

    Pourquoi la faillite de la banque est-elle une bonne nouvelle pour les Canadiens qui cherchent à acheter une propriété ou à renouveler leur prêt hypothécaire?

    La faillite de la banque a provoqué une flambée du prix des obligations, la Fed ayant stabilisé le marché en créant des liquidités pour la SVB. Le prix des obligations est inversement corrélé aux rendements obligataires. Les rendements obligataires ont chuté de manière significative des deux côtés de la frontière, ce qui rend probable un renversement des taux hypothécaires. La baisse des taux hypothécaires devrait entraîner une hausse de la valeur des propriétés.

    Lorsque les taux hypothécaires baissent, il est plus facile pour les emprunteurs de se qualifier (test de résistance) pour un prêt hypothécaire plus élevé. L’augmentation de la valeur des propriétés réduira le risque pour les prêteurs d’accepter de nouveaux emprunteurs lors d’un renouvellement ou d’un achat.

    En conclusion

    Nous constatons que les rendements obligataires diminuent, ce qui pourrait entraîner une baisse des taux hypothécaires. La valeur des biens immobiliers pourrait suivre le mouvement, avec des augmentations nominales à court terme, à mesure que les taux hypothécaires diminuent. Les conséquences de la faillite de banques américaines pourraient être bénéfiques pour les acheteurs et les rénovateurs canadiens qui s’y préparent en se tenant informés. Mais si les baisses de taux hypothécaires peuvent vous faire économiser de l’argent à long terme, il faut demeurer conscient de la possibilité d’un renversement de tendance en raison d’une résurgence de l’inflation.

    Parlez à nos experts hypothécaires sans commission dès aujourd’hui pour évaluer votre capacité à vous qualifier et vous assurer d’obtenir le meilleur taux hypothécaire!

    La SVB avait engrangé d’énormes sommes d’argent grâce à ses clients qui, dans une atmosphère technophile, faisaient des introductions en bourse, investissaient dans le capital-risque, etc. Cependant, comme le marché des taux d’intérêt zéro ne rapportait pratiquement rien sur les bons du Trésor, elle a opté pour des obligations du Trésor à plus long terme et des titres adossés à des créances hypothécaires.

    Ce système fonctionnait rondement jusqu’à ce que les banques centrales commencent à hausser les taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation. En conséquence, les flux de liquidités vers les startups ont diminué, celles-ci étant obligées de retirer leurs dépôts de la SVB pour couvrir leurs dépenses d’exploitation. En conséquence, la base de dépôts de la SVB a connu une baisse massive l’année dernière et, pour compenser cette perte, la banque a dû liquider ses titres à taux fixe à perte – lorsque les taux d’intérêt sont en hausse, le prix des obligations à taux fixe diminue.

    Lorsque les clients ont appris la nouvelle par le biais des médias sociaux, tout est parti en vrille : en l’espace de quelques jours, les clients ont retiré plus de 40 milliards $ de la SVB, une hémorragie qu’il a été pratiquement impossible à contenir.


    Prêt à vous lancer?

    En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux