Fondamentaux de l'Hypothèque

Prévisions relatives aux taux hypothécaires au Canada 2024

Prévisions relatives aux taux hypothécaires au Canada 2024

Table des matières

    Lors de sa dernière annonce, la Banque du Canada (BoC) a abaissé son taux directeur de 25 points de base, le ramenant ainsi à .

    Les hausses de taux peuvent prendre jusqu’à 4 trimestres fiscaux (1 an) avant de commencer à avoir un effet sur l’ensemble de l’économie. Après 7 trimestres, notre économie commence à ressentir les effets des 10 hausses de taux d’intérêt mises en œuvre par la Banque du Canada au cours des 21 derniers mois.

    Près de la moitié des hypothèques canadiennes (2,2 millions) doivent être renouvelées au cours des deux prochaines années, laissant de nombreux propriétaires face à la réalité des coûts d’intérêt hypothécaires beaucoup plus élevés au moment du renouvellement.


    Les grandes lignes

    • Le taux préférentiel est actuellement de .
    • L’inflation au Canada est actuellement à 2,7 %. 
    • Les taux d’intérêt ont enfin commencé à baisser, et on prévoit d’autres baisses dans les mois à venir.

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux

    Quelles sont les prévisions en matière de taux hypothécaire pour le Canada en 2024 (mise à jour en juin 2024)?

    Selon les prévisions, les taux hypothécaires au Canada devraient continuer à baisser cette année. Les six grandes banques estiment toutes que les taux pourraient baisser de 75 à 100 points de base au cours de l’année. Ces prévisions sont toutefois susceptibles de changer en fonction des conditions géopolitiques et macroéconomiques.

    Banque Taux directeur T1 Taux directeur T2 Taux directeur T3 Taux directeur T4
    BMO 5,00 % 4,75 % 4,50 % 4,25 %
    CIBC 5,00 % 4,75 % 4,50 % 4,00 %
    Banque Nationale 5,00 % 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    RBC 5,00 % 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    Banque Scotia 5,00 % 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    TD 5,00 % 5,00 % 4,75 % 4,25 %

    Les taux d’intérêt baisseront-ils au Canada en 2024 (juin 2024)?

    Le taux directeur de la Banque du Canada a augmenté de 75 points de base (1 point de base équivaut à 0,01 %) en 2023. Les six grandes banques canadiennes estiment que les taux d’intérêt devraient commencer à baisser de 25 points de base et terminer l’année avec une baisse d’environ 75 à 100 points de base.

    Les taux d’intérêt augmenteront-ils davantage au Canada en 2024 (juin 2024)?

    Il semble peu probable que les taux d’intérêt augmentent prochainement. La plupart des experts prévoient plusieurs baisses de taux en 2024. Le Conseil de direction de la Banque du Canada a convenu que la politique monétaire n’avait plus besoin d’être restrictive, car il est convaincu que l’inflation continuera d’évoluer dans la bonne direction.

    L’inflation reste toutefois l’une des principales préoccupations de la Banque du Canada, et une augmentation des risques géopolitiques pourrait renforcer les pressions inflationnistes. Cela pourrait maintenir l’inflation bien au-dessus de l’objectif de 2 % et empêcher une baisse significative des taux d’intérêt cette année.

    Prévisions hypothécaires des principaux économistes pour 2024

    Douglas Porter, économiste en chef et directeur général des études économiques à la BMO, prévoit que la Banque du Canada pourrait réduire ses taux lors d’une annonce sur deux, tant que les données relatives à l’inflation, à l’emploi et au PIB restent stables.

    Derek Holt, vice-président et responsable de l’économie des marchés des capitaux à la Banque Scotia, s’attendait en grande partie à ce que la Banque du Canada maintienne ses taux lors de l’annonce de juin. Cette position est basée sur le fait que les données économiques sont restées essentiellement inchangées depuis l’annonce d’avril.

    James Orlando, directeur et économiste principal à la Banque TD, prévoit également que la Banque du Canada annoncera des réductions de taux une fois sur deux. Sur la base de ces prévisions, la prochaine baisse de taux aura probablement lieu en septembre.

    La dernière enquête de la Banque du Canada (BoC) auprès des participants au marché, qui recueille et publie les points de vue d’économistes et de stratèges chevronnés sur le marché financier canadien, prévoit que la première baisse de taux aura lieu en juin 2024, d’après la réponse médiane.

    Date d’annonce de la politique monétaire de la Banque du Canada Taux d’intérêt directeur (%) (attentes basées sur la réponse médiane)
    24 janvier 2024 5,00
    6 mars 2024 5,00
    10 avril 2024 5,00
    5 juin 2024 4,75
    24 juillet 2024 4,50
    4 septembre 2024 4,50
    23 octobre 2024 4,25
    11 décembre 2024 4,00

    Prévisions des taux hypothécaires canadiens pour juillet 2024 : 

    La prochaine annonce relative au taux de la Banque du Canada aura lieu le 24 juillet. Certaines prévisions du marché suggèrent qu’on pourrait réduire le taux de 25 points de base. D’autres prévisions estiment que la prochaine baisse ne surviendra pas avant septembre. Sans une réduction soutenue ou supplémentaire de l’IPC, la Banque pourrait laisser le taux directeur inchangé pour éviter de saboter les gains qu’elle a réalisés dans sa lutte contre l’inflation. La Banque doit veiller à ne pas trop faire pencher la balance et à ne pas provoquer un effondrement prolongé du marché immobilier et une contraction de l’emploi.

    Prévisions des taux hypothécaires à long terme  

    L’économie commence enfin à ressentir les effets des hausses de taux d’intérêt mises en œuvre, qui peuvent prendre jusqu’à 24 mois pour se répercuter sur l’économie. Lors des précédents cycles de resserrement des taux, la Banque a atteint ses objectifs en 12 à 18 mois. Ce cycle s’est toutefois avéré très difficile pour la Banque du Canada et la plupart des autres banques centrales des économies développées

    L’impact des hausses de taux d’intérêt se fait sentir sur l’ensemble du marché de l’immobilier, les volumes de vente ayant diminué. On prévoit que la baisse des ventes de logements se poursuivra jusqu’en 2024, à moins que les vendeurs ne soient disposés à réduire les prix pour compenser la hausse des coûts d’emprunt ou que les taux d’intérêt ne commencent enfin à diminuer. 

    L’économie a également commencé à ralentir, bien que l’inflation ait diminué moins que ne le prévoyaient les experts au cours de l’année écoulée. L’inflation continue toutefois de montrer des zones de demande croissante, dans la mesure où les prix continuent d’augmenter. Jusqu’à présent, ces données n’indiquent pas un ralentissement significatif. 

    Les experts prévoient désormais qu’on enregistrera probablement des baisses de taux progressives tout au long de la fin de l’année 2024. Les baisses de taux peuvent s’accélérer si la Réserve fédérale adopte une baisse plus radicale, car la Banque du Canada devra s’aligner pour que le dollar canadien reste abordable pour les entreprises américaines.

    Prévisions de hausse des taux d’intérêt de la Banque du Canada pour 2024

    L’inflation est restée tenace et il reste du travail à faire pour atteindre l’objectif de 2 % de la Banque du Canada. Il sera intéressant de voir comment la Banque du Canada réagira à l’inflation tout au long de l’année 2024, en particulier si les coûts de location continuent d’augmenter dans tout le pays.

    Calendrier des changements de taux de la Banque du Canada en 2024

    Date Annonce du taux de la BoC (%) Taux cible (%)
    24 janvier Aucun changement 5,00 %
    6 mars Aucun changement 5,00 %
    10 avril Aucun changement 5,00 %
    5 juin -0,25 4,75 %
    24 juillet À déterminer À déterminer
    4 septembre À déterminer À déterminer
    23 octobre À déterminer À déterminer
    11 décembre À déterminer À déterminer
    [Dates d’annonce des taux directeurs et changements de la Banque du Canada (BoC)]

    Quels facteurs influencent les décisions de la Banque du Canada en matière de taux d’intérêt?

    Inflation

    Les données les plus récentes sur l’inflation indiquent un taux de 2,7 %, principalement en raison de la décélération des prix des denrées alimentaires, des services et des biens durables. Ce chiffre se rapproche de l’objectif d’inflation de 2 % fixé par la banque centrale. Le logement demeure toutefois le principal moteur de l’inflation, avec une hausse de 6,4 %.

    L’inflation est le facteur le plus important qui motive les décisions de la Banque du Canada en matière de taux d’intérêt. Pour que la Banque du Canada atteigne son objectif d’inflation de 2 %, elle doit ajuster les taux d’intérêt directeurs afin de contrôler l’inflation.

    Lorsque l’inflation dépasse cet objectif, la Banque du Canada augmente le taux directeur. À leur tour, les banques commerciales et les prêteurs augmentent leurs taux préférentiels, ce qui a une incidence directe sur les prêts et les hypothèques afin de décourager l’emprunt et les dépenses et de contribuer aux efforts de la BoC pour ramener l’inflation à son objectif de 2 %.

    Si l’inflation était inférieure à l’objectif de 2 %, la Banque du Canada pourrait abaisser le taux directeur pour stimuler l’économie. Les prêteurs, à leur tour, diminuent leurs taux préférentiels pour encourager l’emprunt et la dépense.

    Dates de publication de l’indice des prix à la consommation (IPC) en 2024

    Date Indice des prix à la consommation (variation d’une année sur l’autre)
    16 janvier + 3,4 %
    20 février + 2,9 %
    19 mars + 2,8 %
    16 avril + 2,9 %
    21 mai +2,7 %
    25 juin À déterminer
    16 juillet À déterminer
    20 août À déterminer
    17 septembre À déterminer
    15 octobre À déterminer
    19 novembre À déterminer
    17 décembre À déterminer
    [Dates de publication de l’indice des prix à la consommation (IPC) de Statistique Canada]

    Emploi

    Les données publiées par Statistique Canada dans le cadre de l’Enquête sur la population active montrent que l’emploi a augmenté de 0,1 % en mai, ce qui représente 27 000 emplois supplémentaires. Le taux d’emploi a baissé de 0,1 % pour atteindre 61,3 %, soit la 7e baisse enregistrée au cours des 8 derniers mois. Le nombre total de chômeurs a augmenté de 2,1 % par rapport au mois précédent pour atteindre 1,4 million. Le taux de chômage s’élève désormais à 6,2 %.

    Parmi ceux qui étaient au chômage en avril, 24 % ont retrouvé un emploi en mai. Le taux de chômage de longue durée (27 semaines ou plus) était de 18,2 % en mai. Ces chiffres pourraient indiquer que les Canadiens éprouvent de la difficulté à trouver un emploi sur le marché du travail actuel.

    Les décisions de la Banque du Canada en matière de taux d’intérêt visent à soutenir des niveaux d’emploi maximaux durables tout en maintenant la croissance de la production, en gardant l’inflation prévisible et stable tout en stimulant l’économie. Pour que l’économie maintienne l’inflation à l’objectif de 2 %, elle doit conserver son niveau d’emploi maximal durable. Cela signifie que l’économie fonctionne à sa capacité de production maximale et peut se maintenir sans déclencher d’inflation. 

    Lorsque l’emploi tombe en dessous du niveau maximum soutenable, les gens ne trouvent pas de travail et leurs revenus et leur épargne diminuent. Ce phénomène affecte les habitudes de consommation et pousse l’inflation à la baisse, éventuellement en deçà de l’objectif de 2 %. Lorsque l’emploi est supérieur à ce niveau, les employeurs ne trouvent pas suffisamment de travailleurs pour répondre à la demande, ce qui entraîne une hausse des prix et des salaires et une augmentation de l’inflation. Il est difficile de trouver l’équilibre parfait entre l’inflation et le taux d’emploi, car tous deux sont mesurés à partir de données recueillies sur leurs performances du mois précédent, et non en temps réel.

    L’économie américaine

    Le Bureau of Labor Statistics a annoncé un ralentissement de l’économie américaine en mai. L’IPC s’est établi à 3,3 % en mai, alors qu’il était de 3,4 % en avril.

    Au vu des données de l’IPC publiées aux États-Unis, les rendements des obligations canadiennes à 5 ans ont diminué davantage qu’ils ne l’avaient fait après la baisse du taux directeur de la Banque du Canada. Cela indique que le marché s’est moins préoccupé de la baisse du taux directeur au Canada que de l’annonce d’un relâchement de l’inflation aux États-Unis. Ce constat souligne l’importance des projections et de l’impact de l’économie américaine sur le marché canadien.

    Contexte historique : Comment un ralentissement économique se répercute-t-il généralement sur les taux hypothécaires?

    La fermeture de l’économie et des chaînes d’approvisionnement provoqué par la pandémie de COVID-19 a augmenté la demande de produits de première nécessité. Notre demande a dépassé l’offre avec des taux d’intérêt plus bas et des flux de trésorerie plus importants, ce qui a créé une forte inflation. Étant donné que l’inflation est un indicateur retardé et que Statistique Canada mesure l’inflation différemment pour les reventes de propriétés existantes, il est devenu évident que la hausse de l’inflation devenait effrénée. En conséquence, la Banque du Canada a commencé à augmenter le taux directeur de référence afin de freiner rapidement l’inflation.

    Qu’est-ce qui différencie ces augmentations de taux des cycles inflationnistes précédents? Dans les années 1980, nous n’avions pas les mêmes niveaux d’endettement. Aujourd’hui, les Américains gagnent un dollar pour chaque dollar de dette, tandis que les Canadiens gagnent un dollar pour chaque 1,65 dollar de dette. Les Nord-Américains n’étaient pas aussi endettés que dans les années 1980. Supposons que vous ayez une hypothèque de 100 000 $ et que votre revenu moyen soit d’environ 20 000 $; le paiement mensuel de votre hypothèque était probablement inférieur à 845 $ à 10 % si vous aviez une hypothèque de 35 ans ou, disons, à 1 604 $ si les taux augmentaient à 20 % pour cette même hypothèque. Les cartes de crédit et les marges de crédit hypothécaires n’étaient pas utilisées aussi souvent à l’époque, de sorte que la dette hypothécaire était probablement la seule dont vous disposiez. 

    Lorsque les taux sont passés de 10 % à 20 %, l’impact sur l’intérêt a doublé (multiplication par deux). Aujourd’hui, l’effet peut être encore plus important. Une augmentation de 0,25 % à 5,00 % du taux directeur de la Banque du Canada se traduit par une multiplication par 19 de la composante d’intérêt de votre versement hypothécaire. Cela signifie que pour une hypothèque de 25 ans, le paiement mensuel de votre hypothèque de 100 000 $ passerait de 436 $ à 716 $.  La grande différence entre 2024 et 1982 est que nous n’avons plus de prêts hypothécaires à taux préférentiel sur 35 ans, avec un prix moyen des propriétés proche de 72 800 $ et un solde hypothécaire moyen oscillant autour de 41 200 $.

    Comment faire face à des taux d’intérêt élevés tout en économisant de l’argent sur votre prêt hypothécaire

    Les effets des hausses de taux d’intérêt passées se faisant pleinement sentir, la demande des consommateurs en sera affectée. La baisse de la demande entraînera celle des taux d’intérêt, et la façon de les gérer pour économiser de l’argent dépendra de votre situation. 

    Ce qui monte doit redescendre, mais il se peut que la baisse ne soit pas assez rapide pour tout le monde. Les taux hypothécaires devraient baisser, mais pas de manière parfaitement linéaire, car des hausses de rendement obligataire peuvent se produire sur des baisses à plus long terme. 

    Avec 900 milliards de dollars de prêts hypothécaires à renouveler au cours des prochaines années, ceux qui doivent le faire doivent s’attendre à un choc de paiement au Canada. Ce choc pourrait restreindre davantage le budget des ménages et provoquer involontairement une nouvelle baisse des taux fixes.

    Recourir à l’hypothèque à taux fixe pour réduire le risque

    Le raisonnement conventionnel consiste à souscrire un prêt hypothécaire à taux fixe dès les premiers signes de hausse des taux d’intérêt. Mais si l’inflation est un indicateur retardé et que les rendements obligataires sont un facteur avancé, attendre le bon moment pour bloquer son hypothèque peut être la meilleure façon de procéder. 

    Une méthode réfléchie consiste à se positionner de manière à tirer parti de la baisse des taux d’intérêt. C’est la meilleure option pour quiconque navigue dans cet environnement de taux fluctuant. 

    Selon la Banque du Canada, il faut en général 18 à 24 mois pour juguler l’inflation; si l’on s’en tient à ce calendrier, il est grand temps que les taux commencent à baisser. Si vous souhaitez bénéficier d’une stabilité et d’une prévisibilité de vos paiements hypothécaires, vous pouvez opter pour un terme fixe plus court.

    Recourir à l’hypothèque à taux variable pour réduire le risque

    Quel que soit le taux choisi, votre objectif doit être d’améliorer votre situation financière. Si vous pouvez ajuster votre budget en fonction d’une éventuelle volatilité des taux, vous pouvez opter pour un prêt hypothécaire à taux ajustable (ARM) afin d’économiser lorsque les taux baissent. Ainsi, lorsque les taux reprendront leur trajectoire descendante, vous réaliserez des économies à mesure que la Banque du Canada réduira son taux directeur.

    Dans un cycle de baisse des taux, si vous pouvez accepter le risque d’un taux variable, il peut être judicieux pour un emprunteur bien qualifié de renouveler son prêt hypothécaire à taux ajustable (ARM) au lieu d’un prêt hypothécaire à taux variable (VRM). De cette façon, vous pouvez profiter de la diminution des paiements hypothécaires au fil du temps, car le paiement du prêt hypothécaire à taux variable s’ajuste aux variations du taux préférentiel du prêteur.

    Prévisions des taux hypothécaires pour les acheteurs et les vendeurs en 2024 (mise à jour juin 2024)

    Il est sans doute préférable de ne pas avoir d’attentes précises à l’égard de l’économie. Même les experts continuent de se tromper dans leurs prédictions, ce qui rend les prévisions à long terme encore plus difficiles.

    La possibilité que l’inflation reste plus longtemps élevée a contraint la Banque du Canada à maintenir son taux directeur à 5,00 %. Lors de l’annonce du 5 juin de la Banque du Canada, le taux directeur a finalement été abaissé pour la première fois depuis 2020. Cette baisse de 25 points de base ramène le taux directeur à 4,75 %. Bien que le taux directeur reste supérieur au taux neutre, le Conseil de direction a déclaré qu’il était convaincu que l’inflation évoluait dans la bonne direction et que la politique monétaire n’avait plus besoin d’être restrictive.

    L’incertitude ou la peur d’acheter trop tôt dans ce cycle de taux pourrait inciter les acheteurs à hésiter trop longtemps. Une fois que les prix de l’immobilier auront remonté, le coût d’achat sera beaucoup plus élevé, ce qui vous laissera moins d’économies pour faire face à des pressions inflationnistes prolongées.

    Par comparaison, une augmentation de 2 % du taux d’intérêt dans les versements mensuels aujourd’hui peut se traduire par des frais d’intérêt moins élevés pendant toute la durée de votre prêt hypothécaire. Vous pouvez utiliser une partie des économies réalisées lors de l’achat d’un logement aujourd’hui, alors que les prix sont plus bas, pour gérer les taux d’intérêt et les mensualités plus élevés pendant le terme initial de votre prêt.

    Si vous souhaitez vendre, que vous disposez de plus de 50 % de valeur nette et de liquidités suffisantes, il est plus judicieux de reporter votre décision d’un an ou deux en optant pour un prêt à court terme ou à taux variable, jusqu’à ce que les prix de l’immobilier remontent. Mais n’oubliez pas que rien n’est sûr et que les prix des propriétés ne reviendront peut-être pas au niveau de 2021, qui étaient ceux d’une bulle sur certains marchés urbains régionaux convoités.

    Prévisions des taux hypothécaires pour les 2 prochaines années (mise à jour juin 2024)

    Bien qu’il soit pratiquement impossible de prédire l’évolution des taux d’intérêt, la plupart des économistes s’entendent pour dire que nous assisterons probablement à une réduction plus graduelle, maintenant que l’inflation semble être maîtrisée.

    Ce qui est sûr, c’est qu’il y a un manque endémique d’offre de logements, ce qui continuera à exercer une pression à la hausse sur l’inflation, surtout si les consommateurs ne peuvent pas se permettre d’acheter et décident donc de dépenser leur argent à d’autres fins.

    L’impact de la hausse des taux d’intérêt commencera à toucher un plus grand nombre de ménages dans les prochaines années, car les hypothèques contractées à des taux d’intérêt plus bas en 2020 et 2021 arriveront à échéance en 2024-25.

    Prévisions des taux d’intérêt pour 2024-2025

    Banque Juin 2024 Septembre 2024 Décembre 2024
    BMO 4,75 % 4,50 % 4,25 %
    CIBC 4,75 % 4,50 % 4,00 %
    Banque Nationale 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    RBC 4,75 % 4,75 % 4,25 %
    Banque Scotia 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    TD 5,00 % 4,75 % 4,25 %
    Banque Taux directeur T1 2025 Taux directeur T2 2025 Taux directeur T3 2025 Taux directeur T4 2025
    BMO 4,00 %  3,75 % 3,75 % 3,50 %
    CIBC 3,50 % 3,25 % 3,00 % 2,75 %
    Banque Nationale 3,00 %
    RBC 3,75 % 3,25 % 3,00 % 3,00 %
    Banque Scotia 3,75 % 3,50 % 3,25 % 3,25 %
    TD 3,75 % 3,25 % 3,00 % 2,75 %

    Enquête trimestrielle de la Banque du Canada auprès des participants au marché – Prévisions trimestrielles 2025-2026

    Les prévisions de la Banque du Canada portent sur la période 2025-2026 et donnent un aperçu de ce à quoi nous pouvons nous attendre en matière de taux d’intérêt en 2025 et au début de 2026.

    2025 Taux d’intérêt directeur (%) (attentes basées sur la réponse médiane)
    Janvier 4,00
    Mars 3,75
    T2 3,50
    T3 3,25
    T4 3,00
    2026 Taux d’intérêt directeur (%) (attentes basées sur la réponse médiane)
    T1 2,88
    T2 2,75

    Conseils pour économiser sur le renouvellement ou le refinancement de votre hypothèque

    Si vous êtes sur le point de renouveler votre prêt, vous devez choisir votre taux hypothécaire en fonction des objectifs financiers que vous vous êtes fixés. Votre choix de taux dépendra également du test de stress de votre hypothèque si vous décidez de changer de prêteur. Prenez votre décision en fonction de vos besoins. Si vous n’avez pas l’intention de vendre ou de déménager, optez pour un terme plus long. 

    Inversement, si vous devez déménager, choisissez un terme adapté à votre situation et recherchez le meilleur taux. Nous vous recommandons de parler en toute franchise avec un expert hypothécaire afin de déterminer l’option la mieux adaptée à votre situation.

    Il existe peut-être une autre option pour les emprunteurs bien qualifiés disposant d’un capital important sous la forme d’un ratio prêt-valeur faible, de liquidités sous la forme d’une épargne en espèces leur permettant de faire face à une récession prolongée ou à une double récession si les taux changent d’orientation, et d’une tolérance au risque.

    Ces emprunteurs qui arrivent au terme de leur contrat ou qui ont besoin de refinancer pourraient profiter d’une combinaison d’options fixes et variables. Cela revient à prendre une partie de votre hypothèque à un taux fixe et à bloquer votre épargne tout en prenant le reste du solde de votre hypothèque à un taux variable.

    Cette solution peut réduire votre risque global tout en vous permettant de profiter d’éventuelles réductions de taux. Vous en bénéficierez davantage si la composante variable de l’hypothèque est un prêt hypothécaire à taux ajustable (ARM).

    Toutefois, le problème avec cette option est que les prêteurs qui proposent des hypothèques permettant de détenir une solution hybride n’offrent généralement pas des taux aussi bas que les sociétés de financement hypothécaire, comme nesto. 

    Si les taux restent inchangés et ne baissent pas à court terme, vous devriez examiner votre risque global entre les options fixes et variables. Si vous êtes à un stade avancé de votre vie et que vous avez accumulé une valeur nette de la propriété, une valeur nette et d’une bonne liquidité, un taux ajustable pourrait convenir à votre situation. Si vous achetez votre première propriété, il est recommandé d’opter pour un taux fixe afin d’éviter toute augmentation drastique de votre versement mensuel le plus important, à savoir le paiement de votre hypothèque.

    Foire aux questions

    Est-ce que les taux d’intérêt hypothécaires baisseront en 2024?

    Les taux hypothécaires devraient diminuer en 2024.Une fois que les taux se seront stabilisés, les prix des logements augmenteront à nouveau, il n’est donc pas recommandé d’anticiper le marché si votre objectif est d’acheter une propriété.

    De combien les taux d’intérêt augmenteront-ils au cours des 5 prochaines années au Canada?

    Il est difficile de prédire avec précision l’évolution des taux au cours des cinq prochains ans, car de nombreuses pressions inflationnistes nationales et étrangères influencent la décision de la BoC d’augmenter ou de diminuer les taux. L’un des facteurs les plus importants dans la lutte contre l’inflation à long terme est le coût de la vie, qui continuera d’augmenter avec la croissance et le vieillissement de notre population.

    Quelle sera l’incidence sur mon versement hypothécaire si celui-ci doit être renouvelé en 2024?

    La Banque du Canada pourrait vraisemblablement maîtriser l’inflation en 2024, à condition qu’on ne rencontre pas d’événements géopolitiques et macroéconomiques imprévus. Attendez-vous toutefois à ce que votre versement hypothécaire soit plus élevé que lorsque vous avez contracté votre prêt hypothécaire. Si vous avez obtenu votre taux en 2021, votre versement hypothécaire devrait doubler ou tripler. Si vous avez réservé votre taux en 2019, attendez-vous à ce que votre versement hypothécaire soit presque doublé.

    En conclusion

    Les taux hypothécaires varient à la hausse et à la baisse, comme c’est le cas depuis que les prêts hypothécaires existent. En fin de compte, ce n’est pas le taux qui importe, mais la part de votre revenu disponible consacrée au service de cette obligation. Votre objectif doit être de faire en sorte que vos versements hypothécaires soient prévisibles et gérables pour votre budget et qu’ils soient réalisables à long terme en fonction de vos plans financiers.

    Lorsque vous choisissez une stratégie hypothécaire, il est important de vous renseigner sur les risques encourus. C’est pourquoi nous vous recommandons de consulter nos experts hypothécaires avant de prendre votre décision. Nos experts hypothécaires sans commission chez nesto vous fourniront des conseils honnêtes et transparents et vous guideront tout au long de ce processus décisionnel difficile.


    Prêt à vous lancer?

    En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

    dans cette série Mortgage Forecasts and Trends

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux