Articles vedettes

L'accessibilité à la propriété s'est détériorée dans 6 des 10 provinces, mais on enregistre un progrès au Québec

L'accessibilité à la propriété s'est détériorée dans 6 des 10 provinces, mais on enregistre un progrès au Québec
Écrit par
  • Tvine
| Juil 19, 2023
Révisé, Oct 24, 2023
Partager :

Table des matières

    Bien que les prix des propriétés aient baissé chaque année, la hausse des taux d’intérêt réduit l’accessibilité à la propriété. On constate ainsi une augmentation des revenus nécessaires dans 6 provinces sur 10, alors que les prix de l’immobilier ont baissé dans 7 provinces sur 10.


    Le rapport de l’ACI de ce mois-ci souligne que le marché est en mode reprise cet été. Pourquoi? Il semble y avoir une certaine stabilisation. Le nombre de nouvelles inscriptions et de ventes de logements se situant près des moyennes historiques en est la preuve.

    Toutefois, en ce qui concerne les perspectives d’accessibilité au revenu d’une année sur l’autre, les choses se sont quelque peu assombries à la suite de la dixième hausse des taux d’intérêt de la Banque du Canada. 

    Selon le dernier rapport de l’ACI, publié le 14 juillet, on peut observer les développements suivants :

    1. Le nombre de ventes a augmenté de 1,5 % par rapport au mois précédent. Le nombre total de transactions affichées (non désaisonnalisées) a augmenté de 4,7 % par rapport à juin 2022.
    2. Le prix moyen des propriétés était de 760 600 $, en hausse de 5 700 $ par rapport au mois dernier, mais en baisse de 35 700 $ par rapport à l’année dernière. Il s’agit de la plus forte augmentation sur une période de deux ans.
    3. L’IPP agrégé composite MLS enregistré dans le rapport de juillet de l’ACI était de 4,5 %, ce qui représente une croissance mensuelle significative de 2 %. Cependant, il reste en baisse de 4,5 % d’une année sur l’autre.

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux

    L’accessibilité à la propriété s’est détériorée d’une année à l’autre dans la plupart des provinces, mais des signes d’amélioration se manifestent au Québec, en Colombie-Britannique, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick

    Maintenant que nous en savons plus sur la situation du marché, examinons ce que cela signifie en termes d’accessibilité pour les acheteurs potentiels. Après tout, savoir c’est pouvoir, et déterminer notre capacité financière est la première étape de tout parcours vers l’accession à la propriété.

    Si l’on examine les données de nesto, il est clair que le marché immobilier a été affecté par la dernière hausse des taux de la Banque du Canada, le 12 juillet. Elle a porté le taux préférentiel à 5,0 %, et le meilleur taux fixe de 5 ans s’élève aujourd’hui à 5,14 %, contre 4,64 % en juin 2022. 

    Ainsi, alors que nous avons enregistré une baisse notable des prix de l’immobilier dans 7 des 10 provinces, l’accessibilité des revenus ne s’est améliorée que dans 4 des 10 provinces en raison de l’augmentation des taux d’intérêt hypothécaires. 

    C’est le cas de l’Île-du-Prince-Édouard, où le prix moyen des propriétés a diminué de 6 200 $, mais où le revenu nécessaire pour se qualifier a augmenté de 1 303 $ (de 79 316 $ à 80 619 $).

    Nous sommes toutefois heureux d’annoncer quelques avancées en ce qui concerne les hypothèques :

    • Au Québec, le prix moyen des propriétés et le revenu nécessaire pour être admissible ont diminué d’une année à l’autre. Le revenu nécessaire est désormais de 100 404 $ (contre 100 546 $), et le prix moyen des propriétés a baissé de 18 400 $.
    • Il en va de même pour le Manitoba. Le revenu nécessaire est passé de 93 598 $ à 93 022 $. Quant au prix des propriétés, il a baissé de 12 800 $.
    • Le Nouveau-Brunswick a enregistré une baisse de 11 100 $ du prix moyen des propriétés et une diminution de 411 $ du revenu nécessaire.
    • La Colombie-Britannique a enregistré une baisse de 46 600 $ du prix moyen des propriétés, ce qui s’est traduit par une baisse exceptionnelle de 18 724 $ du revenu nécessaire, qui s’élève désormais à 201 362 $. 

    « Il est encourageant de constater que les prix des propriétés ont baissé partout au pays, de manière générale, ce qui conduit à un marché légèrement plus équilibré pour les acheteurs », déclare Chase Belair, cofondateur et courtier principal de nesto, « Cependant, tant que les taux d’intérêt resteront à ces niveaux, ou continueront à augmenter, nous verrons toujours des problèmes au niveau de l’accessibilité des revenus. Bien que je ne puisse pas prédire l’avenir, il semble que les hausses de taux devraient ralentir ou s’arrêter en 2024, ce qui donnera un répit bien nécessaire aux nouveaux acheteurs ainsi qu’aux propriétaires actuels. »

    6 provinces où vous pouvez acheter une propriété avec un salaire de moins de 100 000 $ en juillet 2023

    1. Terre-Neuve-et-Labrador : 60 309 $
    2. Nouveau-Brunswick : 71 816 $
    3. Saskatchewan : 72 328 $
    4. Île-du-Prince-Édouard : 80 619 $
    5. Nouvelle-Écosse : 84 156 $
    6. Manitoba : 93 022 $

    4 provinces où il faut un salaire de plus de 100 000 $ pour acheter une propriété en juillet 2023

    1. Colombie-Britannique : 201 362 $
    2. Ontario : 190 569 $
    3. Alberta : 100 987 $
    4. Québec : 100 404 $

    Avec nesto, aucun stress

    Si on ne peut égaler ou battre le taux de la compétition, recevez 500 $*.

    *Des conditions s’appliquent

    Répercussions des dix hausses de taux de la Banque du Canada sur l’accessibilité à la propriété

    Nous nous devons de souligner les conséquences des hausses de taux de la Banque du Canada avant de conclure.

    Pour en faire la démonstration, l’équipe de nesto a effectué une analyse de l’impact des dix dernières hausses sur une propriété de 300 000 $ avec un taux fixe de 5 ans et une période d’amortissement de 25 ans. 

    Les résultats parlent d’eux-mêmes.

    En mars 2022, les versements hypothécaires étaient répartis de manière égale, 661 $ étant consacrés au capital et 661 $ à l’intérêt, pour un versement mensuel total de 1 322 $. Le revenu permettant de garantir ce prêt hypothécaire était bas (80 100 $).

    En juillet 2023, sur un versement hypothécaire de 1 710 $, seuls 463 $ sont affectés au remboursement du capital, le reste étant consacré à l’intérêt. Pour garantir ce prêt, vous devriez également disposer d’un revenu de 94 800 $.

    Conclusion et prévisions pour le mois prochain :

    Bien qu’il soit réjouissant de voir les prix de l’immobilier baisser, nous attendons avec impatience une baisse des taux d’intérêt. Or, il y a peu de chances que cela se produise en 2023. En ce qui concerne le rapport d’août 2023, nous nous attendons à une tendance similaire – les prix des propriétés continueront à se stabiliser, mais avec des taux d’intérêt plus élevés, l’accessibilité des revenus sera remise en question.


    Prêt à vous lancer?

    En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux