Achat de Maison

Les chiffres du PIB au Canada : Ce que les emprunteurs devraient savoir

Les chiffres du PIB au Canada : Ce que les emprunteurs devraient savoir

Table des matières

    À l’instar du paysage économique mondial, l’économie canadienne est en constante évolution. Le produit intérieur brut (PIB) est un indicateur fiable qui fournit des informations et des données sur la santé économique et les perspectives économiques du Canada. 

    Les chiffres les plus récents révèlent que le PIB a augmenté de 0,2 % en février. Dans cet article, nous vous aidons à mieux comprendre les derniers chiffres publiés par Statistique Canada et leurs implications pour les emprunteurs sur le marché canadien.


    Les grandes lignes

    • Les données les plus récentes sur le PIB montrent que l’économie canadienne a progressé de 0,2 % après une légère hausse de 0,5 % en janvier.
    • En 2023, le PIB a augmenté de 1,2 %.
    • 12 des 20 secteurs ont connu des augmentations en février.

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux

    Les derniers chiffres du PIB au Canada

    Le produit intérieur brut (PIB) est la mesure de l’activité économique du Canada basée sur la valeur totale de tous les biens et services produits dans le pays au cours d’une période donnée. En divisant le PIB total par la population, on obtient la contribution moyenne de chaque citoyen à l’activité économique, ce que l’on appelle le PIB par habitant. 

    Lorsqu’il est suivi sur plusieurs années, le PIB peut indiquer si l’économie du Canada est en croissance ou en décroissance. Un PIB en hausse est un signe de bonne santé économique, tandis qu’un PIB en baisse est un signe que le Canada ne fonctionne pas à pleine capacité ou qu’il se dirige vers une récession économique ou qu’il y est déjà.

    Selon Statistique Canada, l’économie canadienne a progressé de 0,2 % en février.

    Les secteurs qui ont connu une contraction sont les suivants :

    • Les services publics ont baissé de 2,6%, compensant partiellement la hausse de 3,2% enregistrée en janvier.
    • Le secteur manufacturier a diminué de 0,4%, en raison de baisses dans la fabrication de matériel de transport et la fabrication de produits chimiques.

    Les secteurs qui ont enregistré des gains sont les suivants :

    • Le transport et l’entreposage ont augmenté de 1,4%, la plus forte croissance mensuelle depuis janvier 2023.
    • Le secteur public a augmenté de 0,2% après une hausse de 1,9% en janvier.
    • L’extraction minière, l’exploitation en carrière et l’extraction de pétrole et de gaz ont augmenté de 2,5 %, progressant pour la quatrième fois en cinq mois.
    • Le secteur de la finance et des assurances a augmenté de 0,3% pour le troisième mois consécutif.

    Les données du PIB du quatrième trimestre, publiées par Statistique Canada, ont augmenté de 0,2 % au cours du trimestre. Par ailleurs, les chiffres du troisième trimestre ont été révisés à la baisse (0,1 % contre 0,3 % précédemment). Ces données indiquent que le Canada ne répond toujours pas aux critères techniques de récession, puisqu’il faudrait deux trimestres consécutifs de baisse de la croissance pour répondre à la définition. 

    La croissance en 2023 a ralenti, augmentant de 1,2 %, le taux de croissance le plus faible depuis 2016. La hausse des taux d’intérêt, l’inflation, les feux de forêt, les conditions de sécheresse et les grèves sont tous attribués à la lenteur de la croissance économique au cours de l’année.

    L’économie canadienne a enregistré une croissance en février, et on prévoit un statu quo pour mars 2024

    Le PIB a augmenté de 0,2 % en février par rapport à janvier, avec des hausses dans 12 des 20 secteurs industriels. Selon les estimations avancées pour mars, l’économie devrait avoir progressé de 0,6 % au premier trimestre 2024.

    Selon l’estimation préliminaire de Statistique Canada, la croissance du PIB restera essentiellement inchangée en mars. Cette estimation avancée découle des augmentations dans les services publics et dans les secteurs de l’immobilier et de la location et de la location à bail, qui sont compensées par des diminutions dans les secteurs manufacturier et du commerce de détail.

    Baisse de l’investissement dans le logement 

    L’investissement dans le logement, l’un des principaux moteurs de l’économie canadienne, a baissé de 0,4 % au quatrième trimestre, soit la sixième baisse au cours des sept derniers trimestres.

    Le marché de la revente s’est affaibli, compensant l’augmentation des investissements dans le logement. Les coûts de transfert de propriété ont chuté de 7,7 % au quatrième trimestre. Malgré cette baisse, les nouvelles constructions ont augmenté de 2,2 % et les rénovations de 0,2 %.

    Les investissements dans le logement représentaient 7,7 % du PIB en 2023, soit une baisse par rapport au pic de près de 10 % atteint en 2021.

    Location et location à bail par rapport aux ventes de logements

    Le secteur de la location et de la location à bail a augmenté de 0,003% en février. Parallèlement, l’intermédiation de crédit et les autorités monétaires ont progressé de 0,2 % en février, les augmentations des prêts hypothécaires et non hypothécaires et des dépôts à terme contribuant à la hausse. Ces dépôts à terme sont en hausse depuis le début de l’année 2022, quand la Banque du Canada a commencé à augmenter les taux d’intérêt.

    Augmentation des dépenses des ménages 

    Les dépenses des ménages ont augmenté de 0,2 % au quatrième trimestre, les problèmes de la chaîne d’approvisionnement s’étant atténués, ce qui a entraîné une hausse des dépenses pour les nouveaux camions, fourgonnettes et véhicules utilitaires. En 2023, les dépenses des ménages ont ralenti à 1,7 %, contre 5,1 % l’année précédente.

    L’impact de la hausse des rendements obligataires sur les taux hypothécaires

    Dans un contexte d’incertitude économique au Canada, les rendements obligataires ont connu une hausse significative, atteignant la barre des 4 % à la fin du mois d’août, ce qui constitue un record en 16 ans. Depuis, les rendements obligataires oscillent autour de cette valeur. Cette hausse des rendements obligataires a eu un effet d’entraînement sur les taux hypothécaires. Les emprunteurs sont confrontés à des taux d’intérêt plus élevés, ce qui entraîne une augmentation du coût de l’emprunt. 

    Les rendements des obligations de 5 ans ont récemment commencé à baisser. La baisse a commencé en novembre 2023 et les prêteurs ont commencé à réduire les taux des prêts hypothécaires à taux fixe à mesure que leLes rendements des obligations de 5 ans ont récemment commencé à baisser. La baisse a commencé en novembre 2023 et les prêteurs ont commencé à réduire les taux des prêts hypothécaires à taux fixe à mesure que le rendement diminuait. Le rendement des obligations de 5 ans se situe actuellement autour de 3,80 %, ce qui pourrait indiquer que les taux d’intérêt des prêts hypothécaires fixes pourraient continuer à diminuer si ces rendements continuent à fléchir.

    Foire aux questions

    Bienvenue dans notre section foire aux questions (FAQ), où nous répondons aux questions les plus courantes, élaborées par nos experts hypothécaires afin de vous aider à prendre les meilleures décisions en matière de financement hypothécaire.

    Qu’est-ce que le PIB?

    Le PIB est une mesure de la santé de l’économie canadienne dans son ensemble.

    Qu’est-ce que le PIB du Canada et pourquoi cette mesure est-elle importante?

    Le PIB du Canada a augmenté de 0,2 % au quatrième trimestre 2023, ce qui indique une croissance économique. Le PIB est un indicateur important qui permet de savoir si notre économie se porte bien ou si elle présente des signes de récession. On parle de récession lorsque le PIB réel diminue pendant deux trimestres consécutifs.

    Quelles sont les principales industries au Canada?

    Le Canada a une économie diversifiée. Ses principaux secteurs d’activité sont les ressources naturelles (pétrole, mines et forêts), le secteur manufacturier, les services (immobilier, éducation et santé) et, de plus en plus, la technologie et l’innovation.

    En conclusion

    Les plus récentes données sur le PIB brossent un tableau complexe de l’économie canadienne. Avec le ralentissement des dépenses des ménages et la poursuite de la baisse des investissements dans le secteur du logement, la Banque du Canada pourrait envisager une baisse des taux lors de la prochaine annonce. Les analystes prévoient des baisses de taux lors de l’annonce de juin 2024.

    Les projections pour le mois de mars indiquent que le PIB restera inchangé en raison de l’augmentation des services publics, des services immobiliers et des services de location et de location à bail. Ces augmentations devraient être compensées par des diminutions dans les secteurs manufacturier et du commerce de détail.

    L’économie réagissant quotidiennement aux hausses des taux d’intérêt, le moment est peut-être bien choisi pour vous préparer financièrement si vous souhaitez acheter une propriété. Ne tardez pas à contacter les experts hypothécaires de nesto pour connaître votre capacité d’emprunt.

    Avec nesto, aucun stress

    Si on ne peut égaler ou battre le taux de la compétition, recevez 500 $*.

    *Des conditions s’appliquent


    Prêt à vous lancer?

    En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux