Fondamentaux de l'Hypothèque #Achat de Maison

Comment acheter une maison à la suite d'un divorce

Comment acheter une maison à la suite d'un divorce

Partager :

Auteur : Mike, bravadoautogroup.com


Points saillants

  • Évaluez vos options en termes de logement.
  • Faites le bilan de votre situation financière pour définir votre budget.
  • Préparez-vous à présenter les documents requis pour prouver que vous êtes admissible à un prêt hypothécaire.

Comment acheter une maison à la suite d’un divorce

Ce n’est un secret pour personne que l’achat d’une maison à la suite d’un divorce peut être source d’angoisse. Cependant, le fait de s’entourer d’un réseau vous procurant du soutien et des conseils avisés peut alléger ce processus. Même après avoir vécu une rupture, il est possible d’acheter la maison de vos rêves; n’oubliez pas que chaque situation est unique. Que vous songiez à faire cet achat avant ou après que votre divorce ait été prononcé, le fait de prendre certaines mesures peut le faciliter. 

En général, deux options s’offrent à vous : vous pouvez soit racheter votre maison actuelle ou en acheter une nouvelle. Certains choisissent de conserver leur domicile, alors que d’autres préfèrent changer d’environnement. Si vous choisissez de déménager, gardez à l’esprit que vous aurez plus de recherches à faire et d’éléments à prendre en compte. Vous devrez peut-être vous renseigner sur de nouveaux quartiers potentiels, embaucher des déménageurs professionnels, obtenir des devis pour faire expédier votre voiture et dire au revoir à vos amis et votre famille. 

Quoi qu’il en soit, nous sommes là pour vous informer de tout ce que vous devez savoir sur l’achat d’une maison à la suite d’un divorce. Que vous souhaitiez prendre en charge votre prêt hypothécaire actuel ou que vous préfériez changer de décor, nous saurons vous conseiller. 

Les facteurs à considérer en termes de logement

Après un divorce, bien des gens se retrouvent à devoir décider s’ils souhaitent ou non acheter une maison. D’une part, cela peut être l’occasion de repartir à zéro dans un espace qui vous appartient à vous seul. D’autre part, si vous êtes séparé, mais non divorcé, l’achat d’une maison peut représenter un engagement financier de taille et ce, à un moment où vous pouvez déjà ressentir de l’incertitude et de la vulnérabilité. Voici quelques facteurs clés à prendre en compte afin de déterminer si vous êtes prêt à acheter une nouvelle maison :

Votre revenu

Puis-je acheter une maison si je suis en instance de divorce? Pour répondre à cette question, faites un bilan honnête de votre situation financière. Celle-ci sera probablement différente de ce qu’elle était pendant votre mariage. Il se peut que vous n’ayez plus qu’un revenu sur lequel compter et que vous assumiez plus de dépenses, telles que des frais de garde pour vos enfants ou le paiement d’une pension alimentaire. 

Il peut donc être plus difficile d’obtenir un prêt au moment d’un divorce; voilà pourquoi vous devez bien évaluer votre situation financière avant de commencer à magasiner une nouvelle maison. Autrement, vous risquez d’être dépassé par les événements sur le plan financier.

Vos actifs combinés

Avant de décider d’acheter une maison en instance de divorce, il est important d’évaluer la valeur de vos actifs combinés. Ceux-ci incluent non seulement vos économies et votre revenu, mais aussi tout bien ou placement que vous pourriez posséder. La vente de ces biens et le partage équitable des recettes qu’elle engendrerait vous donnerait accès aux fonds nécessaires pour verser une mise de fonds et payer les frais de clôture d’une nouvelle maison. 

L’incidence sur votre dossier de crédit

Acheter une maison une fois le divorce prononcé peut se révéler difficile si ce dernier a affecté votre cote de crédit. Bien que le divorce lui-même n’apparaisse pas dans votre dossier de crédit, il peut affecter votre cote de plusieurs manières. Si vous et votre partenaire partagiez des comptes de carte de crédit, ceux-ci seront probablement clôturés à la suite du divorce. Cela peut entraîner une augmentation de la proportion d’utilisation de votre crédit, et donc nuire à votre cote. 

Il peut parfois être difficile de déterminer qui sera responsable de quel paiement lors des premiers mois suivant le divorce, et tout versement manqué peut affecter de manière négative votre cote. 

Pour minimiser ce risque, vous pouvez conserver vos comptes conjoints jusqu’à ce que toutes vos dettes soient remboursées et vous assurer d’effectuer tous vos paiements. Vous éviterez ainsi d’affecter votre dossier de crédit et votre capacité à acheter une maison. 

Vous libérer de votre prêt hypothécaire

Les modalités d’un prêt hypothécaire conjoint sont généralement établies en fonction du revenu des deux partenaires au moment où il est accordé. Si l’un des partenaires décide ensuite de quitter le domicile, il se peut qu’il ne soit plus en mesure d’honorer les versements hypothécaires. 

Dans certains cas, il peut être possible de transférer le prêt hypothécaire au nom du partenaire demeurant dans la maison, surtout si l’autre partenaire a acheté une autre maison pendant la séparation. Toutefois, il faut généralement que le partenaire voulant demeurer dans la maison prouve qu’il dispose d’un bon revenu et qu’il est en mesure de s’acquitter des versements. 

Il arrive qu’il soit nécessaire de vendre la propriété et de diviser le produit de la vente entre les deux partenaires. Cette option peut être préférable si le partenaire restant ne touche pas un revenu suffisant pour prendre en charge l’entièreté du prêt hypothécaire. 

Retirer le nom de votre ex-conjoint du titre de propriété

Si vous vous demandez comment garder la maison en cas de divorce, soyez rassuré : ce n’est pas compliqué. En revanche, retirer le nom de votre ex-conjoint du titre de votre maison peut se révéler délicat si vous en êtes tous deux propriétaires.

Pour ce faire, vous devrez d’abord remplir un acte de renonciation. Par le biais de cette renonciation, votre ex-conjoint vous cède tout droit à la propriété. L’acte signé doit ensuite être notarié en présence d’un fonctionnaire, puis déposé auprès des autorités régionales pour indiquer que l’ex-conjoint cesse de posséder ou d’emprunter la propriété.

La dernière étape pour retirer le nom de votre ex-conjoint du titre de propriété consiste à déposer l’acte de renonciation. Dans un cas de renonciation, le partenaire qui se retire voudra généralement se dégager de la responsabilité du prêt si la maison est toujours hypothéquée.

Décider de rester dans votre maison

Après avoir divorcé, vous voudrez peut-être conserver la maison familiale et continuer à y vivre au lieu de repartir à zéro. Vous craignez peut-être de ne pas être en mesure de faire les versements hypothécaires ou de vous acquitter d’autres dépenses seul; vous êtes peut-être également attaché à votre maison et hésitez à vous en débarrasser. C’est tout à fait normal, surtout si elle vous rappelle de bons souvenirs. 

En réalité, il y a plusieurs avantages à choisir de rester dans votre maison à la suite d’un divorce. D’une part, l’environnement vous est déjà familier, et vous n’avez pas à gérer un déménagement. En outre, vous conservez un meilleur contrôle sur vos conditions de vie et n’avez pas à subir le stress supplémentaire que peut causer la recherche d’un nouveau logement. 

Cette option signifie que vous devez réfléchir à la manière dont vous prendrez en charge votre prêt hypothécaire. Généralement, deux options s’offrent à vous pour reprendre le financement de votre maison. 

Refinancer votre prêt hypothécaire

Si votre prêt hypothécaire a été contracté conjointement, vous pouvez choisir de le refinancer à votre nom. Vous pourrez ainsi conserver votre maison et éviter d’avoir à en acheter une à la suite de votre séparation.

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte si vous envisagez de refinancer votre prêt hypothécaire après avoir divorcé. 

  • Vous devez vous assurer d’être admissible à l’obtention d’un prêt par vous-même; autrement dit, vous devez posséder une bonne cote de crédit et un revenu adéquat. 
  • La valeur nette de votre maison doit également être suffisamment élevée pour couvrir les frais liés au refinancement. Si la valeur de votre maison est moins élevée que votre dette, il se peut que vous ne puissiez pas refinancer votre prêt sans verser une mise de fonds importante.

Une fois que vous êtes certain de pouvoir obtenir un prêt, vous pouvez commencer vos recherches. 

  • Consultez différents prêteurs et comparez les taux et frais de chacun. 
  • Demandez-leur s’ils ont des programmes ou des rabais destinés à aider à refinancer un prêt hypothécaire à la suite d’un divorce.

Le refinancement de votre prêt hypothécaire peut être un bon moyen de conserver votre maison après votre divorce. Veillez simplement à faire vos recherches et à comparer les taux disponibles avant de vous engager auprès d’un prêteur.

Obtenez une nouvelle autorisation pour votre prêt hypothécaire existant

Pour alléger votre fardeau financier après un divorce, vous pouvez obtenir une nouvelle autorisation pour votre prêt hypothécaire existant au lieu d’acheter une nouvelle maison. Cela vous permet de conserver les modalités de votre prêt et le taux d’intérêt dont vous profitez actuellement, le tout grâce à un processus plutôt simple. 

Puis-je acheter une maison si je suis en instance de divorce? Tout dépend de votre situation financière actuelle. Certains facteurs, tels que votre revenu, vos dettes et vos dépenses, doivent être pris en compte. Une fois votre situation financière bien cernée, vous devrez contacter votre prêteur hypothécaire pour lui en faire part. Il pourra ensuite déterminer si vous êtes admissible à un nouveau prêt. 

Si vous l’êtes, vous devrez soumettre une demande de prêt et les documents pour l’appuyer. Cette démarche peut prendre un certain temps; il faut donc faire preuve de patience. Une fois ces questions réglées, vous pourrez obtenir votre nouveau prêt et commencer à profiter des avantages que posséder à vous seul votre maison a à offrir.

Comment acheter une maison après un divorce

À la suite d’un divorce, la perspective d’acheter une maison peut sembler accablante. En plus de tenir compte de votre situation financière, vous devez évaluer vos besoins en matière de logement et songer au type d’environnement dans lequel vous souhaitez vivre. Mais que faire si votre divorce n’a pas encore été prononcé? Pouvez-vous acheter une maison si vous n’avez pas encore divorcé? Une planification minutieuse et des conseils avisés peuvent simplifier le processus d’achat d’une maison. Voici quelques pistes pour vous aider à vous lancer :

Concluez vos démarches juridiques

Finaliser toutes vos démarches juridiques est l’une des étapes les plus importantes à franchir lors de l’achat d’une maison après un divorce. Cela inclut de finaliser non seulement le divorce lui-même, mais aussi tout règlement quant à vos biens.

Une fois ces démarches finalisées, vous pourrez procéder à l’achat de votre maison sans qu’aucune question juridique ne subsiste.

Toutefois, dans certains cas, les gens décident de se séparer sans divorcer. Vous pourriez vous demander s’il est possible d’acheter une maison en étant marié, mais séparé; il s’agit d’une question délicate. Si vous êtes divorcé, il vous sera probablement plus facile d’acheter une maison que si vous êtes toujours marié, mais séparé de votre partenaire. 

En effet, les prêteurs exigent généralement que le revenu et les dettes de votre conjoint soient pris en compte lors du calcul de votre ratio d’endettement pour l’achat d’une nouvelle maison. Il peut toutefois y avoir des exceptions à cette règle; il est donc toujours préférable de s’adresser à un prêteur pour connaître les possibilités qui s’offrent à vous.

Définissez votre budget

Il est également important de comprendre comment votre divorce affectera vos finances. Vous devrez savoir en quoi consiste votre budget et si vous êtes en mesure d’obtenir un prêt hypothécaire. Une fois que vous connaîtrez le budget dont vous disposez chaque mois, vous pourrez aller de l’avant en toute confiance. 

Faites le bilan de votre situation financière

Après un divorce, il est essentiel de faire le bilan de votre situation financière et de déterminer le type de maison que vous pouvez vous permettre d’acheter. Si vous avez l’habitude de disposer de deux revenus, vous devrez modifier votre budget. Voici quelques astuces pour vous aider à vous lancer :

  1. Faites une liste de vos revenus et dépenses. Cela vous donnera une idée de la façon dont vous dépensez votre argent chaque mois.
  2. Calculez combien vous pouvez raisonnablement vous permettre de dépenser pour vous loger. Rappelez-vous de prendre en compte les dépenses liées aux services publics, aux assurances et aux impôts fonciers.
  3. Commencez à économiser pour vous constituer une mise de fonds. Celle-ci équivaut généralement à 20 % du prix d’achat d’une maison.
  4. Obtenez une préapprobation pour un prêt hypothécaire. Cela vous donnera une idée du montant que vous pourrez emprunter et du taux d’intérêt auquel vous aurez droit.
  5. Recherchez la meilleure offre de prêt hypothécaire. Il existe de nombreuses options, alors prenez votre temps et comparez les taux et les frais avant de prendre une décision.
  6. Faites affaire avec un agent immobilier qui connaît bien les procédures de divorce. Il pourra vous guider dans le processus parfois compliqué que représente la recherche et l’achat d’une nouvelle maison.

Présentez l’historique de vos paiements

Si vous êtes en instance de divorce, vous devrez prendre des mesures supplémentaires afin d’obtenir un prêt. Voici ce que vous devez savoir.

  • Tout d’abord, vous devrez fournir l’historique de vos paiements à votre prêteur. Vous devrez donc fournir tout document lié à vos factures mensuelles, incluant vos relevés de versements hypothécaires, de cartes de crédit et d’autres dettes que vous pourriez avoir. Le prêteur saura ainsi que vous êtes capable d’effectuer à temps des paiements réguliers.
  • Vous devrez ensuite fournir une preuve de revenu sous forme de déclaration de revenus, de fiche de paie ou de tout autre document faisant état de votre revenu mensuel. Le prêteur utilisera ces renseignements pour calculer le montant qu’il est disposé à vous prêter.
  • Enfin, vous devrez avoir une bonne cote de crédit. Celle-ci servira à évaluer le niveau de risque que vous représentez en tant qu’emprunteur. Plus votre cote est élevée, plus vous avez de chances d’obtenir un prêt. Si votre cote est faible, il est possible de l’améliorer avant de faire une demande de prêt.

Foire aux Questions (FAQ)

Il est normal de se poser beaucoup de questions d’ordre financier à la suite d’un divorce. Par exemple, vous vous demandez peut-être comment vous pourrez vous permettre financièrement de vivre seul, de payer les études de vos enfants ou ce qu’il adviendra de votre épargne-retraite. Heureusement, de nombreuses ressources peuvent vous aider à répondre à ces questions et à prendre des décisions financières à la suite de votre divorce. 

Est-il difficile d’acheter une maison à la suite d’un divorce?

Vivre un divorce est déjà assez pénible – et une fois la poussière retombée, un nouvel obstacle se dresse devant vous : l’achat potentiel d’une maison. L’un des principaux avantages d’être propriétaire d’une maison est que la valeur nette de cette dernière augmente au fil du temps. Cependant, cette valeur nette est généralement répartie entre les deux conjoints après un divorce. 

Ces derniers peuvent alors se retrouver à court d’argent et avoir besoin de financement. De plus, un divorce peut nuire à votre cote de crédit et compromettre votre obtention d’un prêt hypothécaire. Et même si vous parvenez à obtenir du financement, le processus d’achat d’une maison peut être chargé d’émotion, surtout si vous avez des enfants. 

Heureusement, il est possible de prendre certaines mesures afin de faciliter ce processus. Par exemple, efforcez-vous de poursuivre le dialogue avec votre ex-conjoint, faites affaire avec un agent immobilier en qui vous avez confiance et soyez réaliste en ce qui concerne votre budget. En progressant une étape à la fois, vous parviendrez à acheter une maison après votre divorce.

Est-il préférable de louer ou d’acheter un logement à la suite d’un divorce?

Après un divorce, décider s’il est préférable de louer ou d’acheter un nouveau logement peut s’avérer difficile. Les deux options présentent des avantages et des inconvénients, et c’est votre situation personnelle qui déterminera laquelle est la meilleure. Si vous recherchez une certaine flexibilité, il pourrait être préférable de louer. Vous pourrez déménager plus facilement si vous en avez besoin, et vous ne serez pas enchaîné à une propriété. Il peut également être intéressant de louer si vous n’êtes pas admissible à un prêt hypothécaire. 

En revanche, acheter une maison peut vous procurer un sentiment de stabilité à la suite d’un divorce. De plus, vous accumulerez des fonds propres au fil du temps qui vous seront utiles à l’avenir. Si vous êtes en mesure de prendre en charge le prêt hypothécaire existant de votre maison, vous conserverez par le même fait le taux d’intérêt et les modalités qui y sont associées. Au final, il n’est pas nécessairement mieux de louer ou d’acheter un logement à la suite d’un divorce. Tout dépend de vos besoins!

En conclusion

Procéder à l’achat d’une maison à la suite d’un divorce n’a pas à être angoissant ni compliqué. Grâce à des conseils avisés, il est possible de simplifier cette procédure. Toutefois, il faut savoir que l’achat d’une maison entraîne toujours des contraintes particulières, même en l’absence de divorce. N’oubliez pas de vous ménager pendant cette période transitoire. Entourez-vous d’un réseau vous procurant du soutien et des conseils avisés et prenez le temps de vous recentrer lorsque vous rencontrez des obstacles. En suivant ces conseils, vous serez l’heureux propriétaire de votre nouvelle maison en un rien de temps.


Prêt à vous lancer?

En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

Table of contents

    Bloquez votre taux hypothécaire pour 150 jours

    Verrouillez votre taux aujourd’hui