Achat de Maison

Test de stress hypothécaire : comment fonctionne-t-il au Canada?

Test de stress hypothécaire : comment fonctionne-t-il au Canada?

Table des matières

    Les banques et les prêteurs canadiens sont tenus de procéder à un test de stress hypothécaire pour s’assurer que vous pouvez confortablement rembourser votre prêt hypothécaire en cas d’augmentation des taux d’intérêt. Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) a introduit le test de stress pour tous les prêts hypothécaires en 2018 afin de protéger les prêteurs et les emprunteurs contre les conséquences de changements soudains des taux d’intérêt qui pourraient rendre les versements hypothécaires inabordables. 

    Dans cet article, nous verrons comment fonctionne le test de stress au Canada, comment tester votre hypothèque et quel est l’impact sur vous en tant qu’emprunteur lorsque vous cherchez à vous qualifier pour un prêt hypothécaire.


    Les grandes lignes

    • Le test de stress hypothécaire est une exigence qui détermine dans quelle mesure vous pouvez rembourser votre prêt hypothécaire en cas de hausse des taux d’intérêt. 
    • Les règles actuelles du test de stress vous obligent à vous qualifier sur la base du plus élevé des deux taux suivants : le taux de référence actuel de 5,25 % ou votre taux actuel majoré de 2 %. 
    • Le test de stress a un impact sur les ratios d’amortissement de la dette, ce qui peut réduire le montant que vous pouvez emprunter.

    Est-ce la première fois que vous achetez une maison?

    Qu’est-ce qu’un test de stress hypothécaire?

    Le principal objectif du test de stress hypothécaire est de s’assurer que les emprunteurs peuvent assumer leurs versements hypothécaires, même si les taux d’intérêt augmentent. Tous les prêteurs soumis à la réglementation fédérale exigent que vous passiez un test de stress hypothécaire pour pouvoir obtenir un prêt hypothécaire. 

    Vous devez passer le test de stress lorsque vous demandez un nouveau prêt hypothécaire, lorsque vous changez de prêteur (si le prêt hypothécaire n’est pas assuré) ou lorsque vous refinancez votre prêt hypothécaire. Toutefois, vous n’aurez pas à passer le test de stress hypothécaire si vous renouvelez votre prêt par anticipation auprès du même prêteur ou si vous transférez votre prêt hypothécaire assuré par défaut à un autre prêteur à l’échéance.

    Taux de qualification : Le plus élevé des deux taux suivants : 5,25 % ou votre taux hypothécaire + 2 %. 

    Le test de stress a été instauré pour éviter que les emprunteurs ne se surendettent lors de l’obtention d’un prêt hypothécaire, ce qui risquerait de compromettre leur budget en cas d’augmentation future des taux d’intérêt. Le test, qui vous demander de prouver que vous pourrez encore vous acquitter de vos versements hypothécaires en cas d’augmentation des taux d’intérêt, réduit votre capacité d’emprunt et peut même vous exclure du marché.

    Calcul du taux de qualification

    Le taux de qualification est déterminé en prenant la valeur la plus élevée de l’un ou l’autre des taux suivants :

    • le taux de référence actuel, qui est actuellement de 5,25 %, ou 
    • le taux hypothécaire contractuel majoré de 2 %.

    Les critères relatifs au taux de qualification sont les mêmes pour les hypothèques assurées et non assurées. Cela dit, si vous avez un prêt hypothécaire assuré et que vous changez de prêteur, le taux de qualification du test de stress ne s’appliquera pas. Vous serez soumis à un test de stress basé uniquement sur votre taux contractuel (le taux que le prêteur vous offre).

    Comment calculer votre taux de test de stress (exemple) :

    Pour comprendre comment le test de stress est réalisé, prenons l’exemple suivant : 

    Vous avez obtenu un prêt hypothécaire à un taux d’intérêt de 4,79 %. Selon les règles du test de stress, vous devez démontrer que vous pouvez gérer les versements à un taux d’intérêt de 6,79 %, étant donné qu’il est plus élevé que le taux de référence actuel de 5,25 %. 

    Si les taux d’intérêt baissent et que l’on vous propose un taux de 3,19 %, vous devrez démontrer que vous pouvez gérer les versements au taux de référence de 5,25 %, étant donné que ce taux est supérieur au taux proposé majoré de 2 % (3,19 % + 2 % = 5,19 %).

    Impact des changements de taux d’intérêt sur votre capacité à réussir un test de stress

    Toute augmentation des taux d’intérêt peut avoir une incidence sur les résultats de votre test de stress. Comme le test de stress porte sur votre capacité à effectuer des versements hypothécaires à un taux plus élevé, toute augmentation réduira le montant que vous pouvez emprunter, ce qui pourrait nuire à vos projets d’achat. 

    Par exemple, voici comment le taux admissible peut affecter vos projets d’achat d’une propriété de 500 000 $ avec une mise de fonds de 20 %, un terme de 5 ans, un amortissement de 25 ans et un taux d’intérêt de 4,79 %. Supposons que vous gagnez un revenu brut de 100 000 $ par année et que vous n’avez pas d’autres dettes. 

    Taux contractuel (4,79%) Taux de qualification (6,79%)
    Versement hypothécaire (Mensuel) 2 278,83 $ 2 750 $
    ABD 31,55 % 37,20 %
    ATD 31,55 % 37,20 %
    Prêt hypothécaire approuvé? Oui Non*
    *Basé sur le calculateur de test de stress du gouvernement du Canada. Les critères de prêt peuvent toutefois varier en fonction du prêteur et du type de prêt hypothécaire. Par exemple, dans ce scénario avec nesto, les ratios d’ABD (39 %) et d’ATD (44 %) seraient approuvés à la fois pour le taux contractuel et le taux de qualification.

    Utilisation de la calculatrice du test de stress du gouvernement du Canada

    La calculatrice du test de stress hypothécaire du gouvernement du Canada peut vous aider à comprendre l’impact du test de stress sur vos projets d’achat immobilier. La calculatrice peut vous aider à déterminer votre capacité d’emprunt en fonction de votre taux d’intérêt soumis au test de stress. En entrant les informations relatives à vos revenus et à vos dettes, les informations sur la propriété et le taux d’intérêt soumis au test de stress, la calculatrice peut évaluer si vous êtes admissible à un prêt hypothécaire et si vous réussissez le test de stress.

    Pourquoi le Canada exige-t-il un test de stress hypothécaire?

    Le test de stress, introduit pour la première fois en 2016, touche les hypothèques assurées et non assurées offertes par toutes les institutions fédérales depuis 2018. Le test a été mis en place en raison des inquiétudes suscitées par l’endettement hypothécaire trop élevé des emprunteurs. Cet endettement augmente la probabilité de défaut de paiement des prêts hypothécaires en cas de hausse des taux d’intérêt, ce qui peut avoir un impact significatif sur la stabilité de l’économie. 

    Le test de stress a été conçu pour atténuer le risque de défaillances hypothécaires généralisées, qui pourraient déstabiliser l’économie. En réduisant le montant de l’hypothèque admissible d’un emprunteur et en veillant à ce que les propriétaires puissent assumer leurs versements hypothécaires, on les protège contre les effets potentiellement néfastes d’une hausse des taux d’intérêt.

    Impact du test de stress sur vos ratios d’amortissement de la dette (ABD/ATD) 

    Les ratios d’amortissement de la dette sont des mesures de la dette par rapport au revenu. Les prêteurs utilisent ces ratios pour déterminer votre capacité à rembourser votre prêt hypothécaire. L’amortissement brut de la dette (ABD) calcule le montant de la dette du ménage que vous avez ou que vous aurez par rapport à votre revenu admissible et reflète le remboursement total maximal de la dette que vous pouvez vous permettre chaque mois. L’amortissement total de la dette (ATD) calcule le montant total de votre dette par rapport à votre revenu admissible et reflète les remboursements totaux de la dette que vous pouvez vous permettre chaque mois. 

    Le ratio d’ABD prend en compte les frais de logement mensuels prévus (y compris les versements prévus dans le cadre d’un test de stress hypothécaire), le chauffage, les taxes foncières et 50 % des charges de copropriété (le cas échéant). Ce chiffre est divisé par le revenu mensuel total avant impôt (brut) du ménage pour déterminer le rapport entre les dépenses et le revenu.

    Le ratio d’ATD prend en compte les frais de logement mensuels prévus (y compris les versements prévus dans le cadre d’un test de stress hypothécaire) plus le total de tous les autres versements mensuels, y compris les cartes de crédit renouvelables, les marges de crédit, les prêts personnels, les prêts automobiles ou les contrats de location, les pensions alimentaires pour enfants ou pour conjoints et les prêts étudiants. Ce chiffre est divisé par le revenu mensuel brut avant impôt du ménage pour déterminer le ratio de la dette totale par rapport au revenu.

    En général, les prêteurs autorisent des ratios d’ABD d’un maximum de 35 % pour les hypothèques non assurées et de 39 % pour les hypothèques assurées. En ce qui concerne les ratios d’ATD, les prêteurs autorisent généralement un maximum de 42 % pour les hypothèques non assurées et de 44 % pour les hypothèques assurées. Si l’un de ces ratios dépasse les limites maximales, vous aurez du mal à passer le test de stress hypothécaire et ne pourrez pas obtenir le prêt.

    Impact du test de stress sur l’achat d’une première propriété

    Le test de stress peut avoir un impact considérable sur l’achat d’une première propriété. En général, les nouveaux acheteurs disposent d’une mise de fonds moins importante et ont donc besoin d’un prêt hypothécaire plus élevé. Avec les coûts plus élevés de l’achat d’une propriété, les taux d’intérêt élevés et la nécessité de se qualifier pour un prêt hypothécaire plus important, le test de stress hypothécaire ne fait qu’ajouter aux difficultés considérables auxquelles sont confrontés les acheteurs d’une première habitation. Le test de stress limite la capacité d’emprunt, ce qui risque d’éloigner les primo-accédants de leur rêve d’accéder à la propriété.

    Conseils pour réussir ou non le test de stress

    Si la réussite du test de stress est nécessaire pour obtenir un prêt hypothécaire, l’échec n’est pas nécessairement une impasse. Voici quelques conseils pour vous aider à réussir le test de stress et ce qu’il faut faire en cas d’échec.

    Comment réussir le test de stress hypothécaire :

    1. Avoir une bonne cote de crédit. Une cote de crédit élevée peut vous aider à obtenir un taux d’intérêt plus bas. Lorsque les taux d’intérêt sont élevés et que le taux d’admissibilité est supérieur au taux de référence de 5,25 %, le fait de réduire le taux d’admissibilité de votre prêt hypothécaire peut vous aider à passer le test de stress hypothécaire. Lorsque votre cote de crédit se situe entre 650 et 680, vous êtes limité à des ratios d’ABD et d’ATD de 32/40. Toutefois, lorsque votre cote de crédit est supérieure à 680, vous pouvez bénéficier de ratios allant jusqu’à 39/44.
    2. Réduire vos ratios d’amortissement de la dette. Étant donné que votre ABD et votre ATD déterminent l’admissibilité à un prêt hypothécaire, la réduction de ces ratios peut vous aider à réussir le test de stress. 
    3. Augmenter votre mise de fonds. Étant donné que votre mise de fonds réduit le montant que vous devez emprunter pour obtenir un prêt hypothécaire, une mise de fonds plus importante peut vous aider à réussir le test de stress hypothécaire. Vous pouvez également prendre une hypothèque assurée au taux le plus bas et payer l’assurance contre le risque de défaillance en espèces, ce qui réduit considérablement le montant total de l’hypothèque à contracter.
    4. Opter pour un amortissement plus long. Un amortissement plus long réduira le montant de vos versements hypothécaires en les étalant sur une plus longue période, ce qui signifie que vous paierez moins de frais de logement. Cela peut vous aider à réduire vos ratios d’amortissement de la dette dans des limites acceptables. Un amortissement sur 25 ans pourrait limiter le ratio d’amortissement de la dette à 35 % chez la plupart des prêteurs.

    Que faire en cas d’échec au test de stress

    1. Envisager une propriété plus abordable. Si vous échouez au test de stress, le fait de trouver une propriété moins chère peut vous aider à réduire le montant de votre prêt hypothécaire pour qu’il reste dans les limites de votre admissibilité. 
    2. Augmenter la mise de fonds. S’il n’est pas possible de trouver une propriété plus abordable, vous pouvez envisager d’augmenter votre mise de fonds pour réduire le montant que vous devez emprunter.
    3. Améliorer votre cote de crédit. Une cote de crédit plus élevée peut vous aider à obtenir un meilleur taux d’intérêt, ce qui peut réduire votre taux d’admissibilité. Une cote de crédit entre 650 et 680 limitera vos ratios d’amortissement de la dette à 32/40 pour l’ABD et l’ATD. Toutefois, lorsque votre cote de crédit est supérieure à 680, vous pouvez bénéficier de ratios allant jusqu’à 39/44.
    4. Opter pour un amortissement plus long. Vous réduirez ainsi vos versements hypothécaires, les étalant sur une plus longue période et réduisant les ratios d’amortissement de la dette. Avec une mise de fonds de 20 %, vous pourriez faire appel à un prêteur B pour obtenir un amortissement allant jusqu’à 40 ans. Cela pourrait toutefois se traduire par le paiement d’intérêt plus élevé au fil du temps qu’un prêt hypothécaire à taux préférentiel avec un amortissement sur 25 ans.
    5. Augmenter vos revenus. En augmentant votre revenu, vous pouvez réduire votre ratio d’amortissement de la dette, ce qui vous aide à remplir les conditions requises pour l’obtention d’un prêt hypothécaire.

    Foire aux questions

    Puis-je obtenir un prêt hypothécaire sans test de stress?

    Si vous disposez d’une mise de fonds de 20 %, vous pouvez vous adresser à un prêteur non soumis à la réglementation fédérale, qui n’est pas tenu de respecter des critères de prêt stricts et n’est pas tenu d’utiliser le test de stress pour déterminer l’admissibilité des emprunteurs. Ces prêteurs peuvent toutefois exiger d’autres critères d’admissibilité et appliquent généralement des taux d’intérêt plus élevés.

    Faut-il passer un test de stress hypothécaire pour renouveler son prêt?

    Si vous restez avec votre prêteur actuel ou si vous avez une hypothèque assurée et que vous changez de prêteur, vous n’aurez pas besoin de passer le test de stress hypothécaire pour renouveler votre hypothèque. Toutefois, les lignes directrices en matière de qualification exigent que les propriétaires d’hypothèques non assurées se qualifient à nouveau et passent un test de stress s’ils changent de prêteur au moment du renouvellement.

    Comment savoir si j’ai réussi mon test de stress hypothécaire?

    En général, vous réussirez le stress test hypothécaire si votre ABD et votre ATD sont inférieurs à 35 % et 42 % pour une hypothèque non assurée et à 39 % et 44 % pour une hypothèque assurée. Vous pouvez utiliser un calculateur de test de stress en ligne pour déterminer si vous pouvez réussir un test de stress sur la base des taux d’intérêt et des ratios d’amortissement de la dette actuels. Par ailleurs, si vous avez déjà demandé un prêt hypothécaire, votre prêteur vous informera si votre demande est refusée en raison de votre capacité (sur la base des résultats du test de stress).

    Est-ce que tous les prêteurs hypothécaires doivent procéder à un test de stress?

    Depuis le 1er juin 2021, tous les prêts hypothécaires non assurés (mise de fonds supérieure à 20 %) et les prêts hypothécaires assurés (mise de fonds inférieure à 20 %) auprès d’institutions sous réglementation fédérale doivent répondre aux critères d’admissibilité sur la base du taux de référence de 5,25 % ou du taux contractuel + 2 %, selon le plus élevé des deux. Toutefois, si vous disposez d’une mise de fonds de 20 %, vous pouvez envisager d’autres solutions de prêt, comme celles proposées par des prêteurs privés qui ne sont pas soumis à la réglementation fédérale. Ceux-ci peuvent appliquer des conditions de prêt différentes qui n’incluent pas le test de stress hypothécaire dans le cadre du processus d’approbation du prêt hypothécaire.

    En conclusion

    Le test de stress est un moyen important pour les prêteurs d’évaluer si les demandeurs seront en mesure de payer leurs versements mensuels en cas de hausse des taux d’intérêt. En simulant l’impact d’une augmentation des remboursements hypothécaires sur la situation financière, le test de stress permet de protéger à la fois les prêteurs et les emprunteurs. 

    Pour les prêteurs, le test de stress permet de réduire le risque en n’accordant un prêt qu’aux personnes disposant d’une marge de manœuvre supplémentaire dans leur budget. Pour les acheteurs, cela signifie qu’ils ne seront pas accablés si les taux augmentent. 

    Si vous êtes à la recherche de conseils avisés et d’une excellente stratégie hypothécaire qui s’inscrit dans vos objectifs financiers à long terme, contactez dès aujourd’hui les experts hypothécaires de nesto.


    Prêt à vous lancer?

    En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

    Meilleurs taux hypothécaires

    Fixe
    Variable
    au

    0.00%3 Year Fixe

    Obtenez votre taux

    0.00%5 Year Fixe

    Obtenez votre taux
    Voir tous les taux