Prévisions des taux hypothécaires en 2022-2023 à revoir

<strong>Prévisions des taux hypothécaires en 2022-2023 à revoir</strong>

Partager :

Au moment d’écrire ces lignes, durant la deuxième semaine de novembre 2022, de nombreux experts financiers sont surpris que les statistiques sur l’emploi au Canada et aux États-Unis ne se traduisent pas comme prévu par un ralentissement de l’économie. En réalité, l’impact de toute hausse de taux peut prendre jusqu’à un an pour se répercuter sur l’ensemble de l’économie. Malgré tous les coups de massue que représente la flambée des taux d’intérêt que les banques centrales des deux côtés de la frontière lui ont infligés, l’inflation et l’emploi continuent d’être à la hausse.


Key Takeaways

  • La hausse rapide et brutale des taux d’intérêt par la Banque du Canada (BDC) entraînera probablement une récession à court ou moyen terme.
  • Les taux hypothécaires canadiens, historiquement bas, devraient tomber à leur plus bas niveau.
  • La prévision du marché est une hausse des taux de 50 à 75 points de base entre décembre 2022 et janvier 2023 prévue par la Banque du Canada.
  • Les premiers signes de ralentissement économique pourraient se manifester seulement en mars 2023, un an après la première hausse de taux.

Prévisions des taux hypothécaires à court terme pour novembre et décembre 2022

Pendant une semaine à la fin du mois d’octobre 2022, on a observé une légère baisse des taux fixes alors que le rendement des obligations à 5 ans accusait un retard, mais se maintenait dans la trajectoire ascendante prévue. Nous nous attendons à ce que les taux continuent de grimper, dans la mesure où les dernières hausses ne se sont pas traduites par un ralentissement de l’économie. Il y a un frein à l’inflation, mais les récentes données sur l’emploi ont largement dépassé les prévisions.

Un nombre net de 108 000 nouveaux emplois ont été créés en octobre, ce qui est bien supérieur aux 10 000 prévus. Par rapport à nos voisins du Sud, ces chiffres sont très élevés; les États-Unis n’ont créé que 260 000 emplois au cours du même mois, alors que leur population est dix fois supérieure à celle du Canada. Si les indicateurs de l’emploi ne baissent pas, il est peu probable que la Banque du Canada commence bientôt à réduire les taux d’intérêt. Cette augmentation entraînera probablement une hausse supplémentaire de 50 ou 75 points de base (il y a 100 points de base dans un point de pourcentage) lors de la prochaine annonce des taux de la Banque du Canada (BDC) prévue pour le 7 décembre.

Prévisions des hausses de taux d’intérêt de la Banque du Canada pour 2022-2023

Nous nous attendons à ce que les hausses de taux se poursuivent jusqu’à ce que l’inflation se soit stabilisée au cours de l’année. Nous ne connaîtrons probablement pas de baisses mesurables de l’inflation au cours des quatre prochains mois, alors que l’impact des hausses de taux se fera ressentir sur l’économie. L’inflation étant un indicateur retardé, elle pourrait ne pas se soumettre à la volonté de la Banque du Canada avant mars 2023. L’inflation témoigne toujours une demande accrue due à la croissance économique, ce qui se traduit par une hausse des prix. 

Comme la plupart de nos biens de consommation proviennent de Chine, la hausse actuelle de la demande pourrait être due à une accumulation liée à la pandémie. Il est important de noter que l’inflation a persisté en raison de la guerre en Ukraine et de ses répercussions sur les prix de l’essence et sur les chaînes d’approvisionnement. Les dépenses publiques en matière de santé et de défense ont également contribué à accentuer la poussée de l’inflation depuis le début de la guerre en Ukraine. Les récentes discussions sur le repli de la Russie en Ukraine et l’assouplissement de la position de la Chine sur la COVID-19 ont rendu la perspective d’un redressement plus probable.

Contexte historique : Quelles sont les conséquences habituelles d’un ralentissement de l’économie sur les taux hypothécaires?

Par le passé, lors de la dernière récession de 2008, le système financier a eu besoin d’un plan de sauvetage pour se rétablir. Cette stratégie a heureusement fonctionné et, depuis lors, nous avons connu des taux d’intérêt plus bas, mais une croissance stagnante du PIB. La fermeture des frontières et le ralentissement de la production en raison de la pandémie de COVID-19 ont nécessité une aide beaucoup plus importante. Au cours des deux années qui ont suivi le début de la pandémie, nous avons enregistré des taux d’intérêt historiquement bas et vu une quantité considérable de liquidités injectées dans l’économie, ce qui a permis aux Canadiens de dépenser davantage pour les articles de tous les jours, et donc de faire grimper les prix.

La paralysie de l’économie et des chaînes d’approvisionnement dû à la pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation de la demande de biens de première nécessité. Avec des taux d’intérêt plus bas et des flux de trésorerie plus importants, la demande a dépassé l’offre, créant ainsi une forte inflation. Puisque l’inflation est un phénomène à retardement et que Statistique Canada mesure l’inflation différemment pour les maisons existantes, on a constaté une accélération de l’inflation. La Banque du Canada a alors entrepris de reprendre le contrôle de la situation en augmentant le taux d’intérêt directeur pour contenir l’inflation le plus rapidement possible.

En quoi ces hausses de taux sont-elles différentes de celles des années 1980? Eh bien, à l’époque, nous n’avions pas les mêmes niveaux d’endettement. Aujourd’hui, les Américains gagnent 1 $ pour chaque dollar de dette, et les Canadiens gagnent 1 $ pour chaque 1,65 $; les Nord-Américains ne sont pas aussi endettés qu’ils l’étaient dans les années 1980. Supposons que, à l’époque, vous aviez un prêt hypothécaire de 100 000 $ et que votre revenu moyen était de 20 000 $. Votre paiement mensuel était probablement inférieur à 800 $ à 10 % si vous aviez un prêt hypothécaire de 35 ans ou, disons, à 1 600 $ si les taux augmentaient à 20 %. Les cartes de crédit et les marges de crédit hypothécaires n’étaient pas aussi populaires dans les années 80, de sorte que votre dette hypothécaire était probablement la seule dette que vous aviez. 

Ainsi, lorsque les taux sont passés de 10 à 20 %, leur incidence a doublé. Aujourd’hui, toutefois, l’effet pourrait être considérablement amplifié. Une augmentation de 0,25 % à 4,50 % du taux directeur de la Banque du Canada aurait un effet multiplicateur de 18. 

Prévisions des taux hypothécaires à long terme pour 2023

L’effet de la hausse des taux ne se fait pas encore sentir dans l’économie – cela peut prendre jusqu’à un an. Nous constaterons probablement ces répercussions pour la première fois en mars, un an après la première hausse des taux, en avril 2022. L’économie ralentira alors de façon drastique, au point d’en être presque paralysée.

Bien que ce ne soit pas un scénario idéal, un ralentissement de l’économie accompagné d’une baisse de l’inflation et des gains d’emplois obligera la BDC à commencer à réduire de nouveau son taux directeur d’ici la fin de 2023 ou l’année suivante.

Les rendements obligataires, qui reflètent les prévisions de la Banque du Canada, seront les premiers à prendre en compte la réduction des taux. Le taux à 5 ans sera probablement le premier taux hypothécaire à entamer sa descente une fois que la BDC commencera à baisser ses taux. En d’autres termes, le marché obligataire fixera le prix du rendement en fonction de l’orientation que devrait prendre le taux directeur de la Banque du Canada.

Composer avec les taux d’intérêt élevés pour économiser de l’argent sur votre prêt hypothécaire

Les effets de la hausse des taux d’intérêt se feront pleinement sentir au cours de l’année prochaine, ce qui aura un impact sur la demande des consommateurs. La baisse de la demande entraînera une baisse des taux d’intérêt; votre situation personnelle déterminera alors comment procéder pour économiser de l’argent. 

Tout ce qui monte doit éventuellement redescendre, mais il se peut que la baisse ne survienne pas assez rapidement pour certains, et il se peut que cette baisse ne s’inscrive pas parfaitement dans la planification du renouvellement de la plupart des prêts hypothécaires au Canada. Surtout pour les détenteurs d’un prêt hypothécaire à taux variable, qui ont été les plus touchés par les hausses de taux depuis 2021.

Avec nesto, aucun stress

Si on ne peut égaler ou battre le taux de la compétition, recevez 500 $*.

*Des conditions s’appliquent

Recourir aux prêts hypothécaires à taux fixe pour réduire le risque lié aux taux d’intérêt

La logique veut que vous souscriviez à un prêt hypothécaire à taux fixe au premier signe de baisse des taux. Mais comme nous l’avons vu plus haut, si l’inflation est un indicateur retardé et que les rendements obligataires sont un facteur avancé, attendre le bon moment pour bloquer un taux peut être la meilleure façon de procéder. Il s’agit de se positionner pour profiter de la baisse des taux – c’est la meilleure façon de manœuvrer dans cette conjoncture. 

Selon la Banque du Canada, il faudra probablement un à deux ans pour maîtriser l’inflation, de sorte que la prolongation de votre prêt hypothécaire sur une durée fixe plus courte pourrait être une bonne option, mais vous pourriez alors devoir bloquer à nouveau votre prêt, car les taux n’auraient pas atteint leur point le plus bas. Par conséquent, il est judicieux de bloquer le prêt pour une durée un peu plus longue, disons 2 à 3 ans, afin de donner à l’inflation le temps de se stabiliser.

Recourir aux prêts hypothécaires à taux variable pour réduire le risque lié aux taux d’intérêt

Quel que soit le taux que vous choisissez, votre objectif devrait être d’être dans une meilleure position financière qu’avant, ou aussi bonne que possible dans votre situation financière actuelle. Par conséquent, si vous décidez de contracter un prêt hypothécaire à taux variable, il serait préférable de fixer votre paiement hypothécaire en fonction du taux fixe actuel qui vous est offert. Tant que votre taux variable reste inférieur au taux fixe qui vous était proposé, vous en sortirez gagnant.

Ainsi, lorsque l’inflation se résorbera et que les taux reprendront leur trajectoire descendante, vous serez davantage récompensé.

Prévisions du marché pour les acheteurs et les vendeurs en 2023

Il est préférable de ne pas avoir d’attentes spécifiques en matière d’économie – même les experts continuent de se tromper dans leurs prédictions. La Banque du Canada (BDC) a été au coude à coude avec la Réserve fédérale américaine (Fed) sur la hausse des taux, ce qui a permis de maintenir la dévaluation du dollar canadien à un minimum de 10 % par rapport au dollar américain cette année. En revanche, les autres pays du G10 n’ont pas eu cette chance, leurs banques centrales n’ayant pas procédé à des hausses de taux aussi rapidement que la Fed.

La crainte d’acheter trop tôt dans ce contexte risque de faire hésiter les acheteurs jusqu’à ce qu’il ne soit trop tard. Une fois que le prix des maisons aura recommencé à grimper, les coûts d’achat seront plus élevés – ce qui créera une situation où il faudra payer davantage plus tard et se retrouver avec moins d’économies. En comparaison, une augmentation de 2 % du taux d’intérêt dans le paiement mensuel maintenant pourrait signifier des coûts d’intérêt inférieurs pour la durée du prêt hypothécaire tout en utilisant une partie des économies d’argent pour gérer des paiements mensuels plus élevés pendant votre période d’immobilisation.

Si vous envisagez de vendre et que vous disposez de plus de 50 % de la valeur nette et de très bonnes liquidités, il est plus judicieux de reporter la vente d’un an ou deux en optant pour un prêt à court terme ou à taux variable jusqu’à ce que les prix de l’immobilier remontent. Mais gardez à l’esprit que rien n’est garanti, et que le prix des maisons ne reviendra peut-être pas au niveau de 2021, alors que nous étions dans une bulle sur certains marchés régionaux urbains très convoités.

Prévisions des taux hypothécaires pour les 5 prochaines années

D’ici la fin de l’année 2024, les taux devraient commencer à se stabiliser et revenir à leur niveau d’avant la pandémie. Cela ne signifie pas que les taux hypothécaires seront évalués avec le même facteur de risque, comme si de rien n’était. Les récentes turbulences indiquent que l’économie est très fragile et que de nombreux facteurs échappent au contrôle de la Banque du Canada.

En fonction de l’augmentation de l’offre et de la demande en matière de logements, également tributaire de l’économie, les taux hypothécaires évolueront en tandem avec l’inflation. Ce qui est certain, c’est que nous connaissons actuellement une pénurie généralisée de logements, ce qui continue à exercer une pression à la hausse sur l’inflation, surtout si les consommateurs n’ont pas les moyens d’acheter une propriété et dépensent leur argent ailleurs.

Conseils pour économiser sur le renouvellement ou le refinancement de votre prêt hypothécaire

Si votre prêt est sur le point d’être renouvelé, vous devez choisir votre taux hypothécaire en fonction de vos objectifs financiers pour votre maison. Votre choix de taux dépendra également de la simulation de crise de votre prêt hypothécaire si vous décidez de changer de prêteur. Si vous choisissez un taux plus bas pour aller jusqu’au bout du terme, vous risquez de vous retrouver avec un taux plus élevé au moment du renouvellement avec le même prêteur, surtout si ce dernier sait que vous êtes coincé en raison des exigences liées à la simulation de crise. Prenez votre décision en fonction de vos besoins. Si vous ne prévoyez pas de vendre ou de déménager, optez pour une durée plus longue. À l’inverse, si vous pensez devoir déménager, optez pour une durée adaptée à votre situation et recherchez le meilleur taux. Nous vous recommandons de parler en toute franchise avec un expert en prêts hypothécaires pour déterminer l’option la plus adaptée à votre situation.

Vous devriez évaluer votre niveau de risque global entre les options à taux fixe et à taux variable si les taux se maintiennent. Si vous êtes à une étape avancée de votre vie et que vous disposez d’une valeur immobilière, d’une valeur nette personnelle et d’une bonne liquidité, une option à taux variable peut convenir à votre situation. Toutefois, si vous accédez à la propriété pour la première fois, il est préférable d’opter pour un taux fixe afin d’éviter toute augmentation radicale de votre paiement mensuel principal, le versement hypothécaire.

Foire aux questions

Les taux d’intérêt hypothécaires vont-ils baisser en 2023?

Les taux hypothécaires devraient augmenter au cours de 2023, mais il est tout aussi probable qu’ils commencent à baisser si la Banque du Canada (BDC) atteint sa cible inflationniste plus tôt qu’anticipé. Une fois que les taux se seront stabilisés, le prix des maisons augmentera à nouveau; il n’est donc pas recommandé de suivre le marché si votre objectif est d’acheter une maison.

Quelle sera l’ampleur de la hausse des taux d’intérêt au cours des 5 prochaines années au Canada?

Les taux d’intérêt pourraient augmenter au cours des deux prochaines années, puis baisser au cours des trois années suivantes. Il est difficile de prédire avec précision la façon dont les taux évolueront au cours des cinq prochaines années, car de nombreuses pressions inflationnistes nationales et étrangères ont une incidence sur la décision de la Banque du Canada d’augmenter ou de diminuer les taux. L’un des facteurs les plus importants dans la lutte contre l’inflation à long terme est le coût de la vie, qui continuera d’augmenter à mesure que notre population s’accroît.

En conclusion

Les taux hypothécaires vont monter et descendre comme ils le font depuis leur création. En fin de compte, ce n’est pas le taux qui compte, mais la part de votre revenu disponible consacrée au remboursement de cette lourde obligation. Votre objectif devrait être de faire en sorte que vos versements hypothécaires restent prévisibles et qu’ils soient à la portée de votre budget et de votre plan financier à long terme. Lorsque vous choisissez un prêt hypothécaire, votre décision doit être éclairée; dans cette optique, nous vous recommandons de parler à un expert avant de prendre votre décision.

Les experts en prêts hypothécaires sans commission de nesto offrent des conseils honnêtes et en toute transparence – ils vous soutiendront et vous guideront tout au long de ce difficile processus décisionnel.


Prêt à vous lancer?

En quelques clics vous aurez accès à nos meilleurs taux. Ensuite, vous pourrez appliquer en ligne pour votre hypothèque en quelques minutes!

dans cette série Mortgage Forecasts and Trends

Table of contents

    Bloquez votre taux hypothécaire pour 150 jours

    Verrouillez votre taux aujourd’hui